Zénith-OL : Denayer en improbable milieu, Marcelo relancé… Rudi Garcia a encore eu tout faux en Ligue des champions

FOOTBALL L’entraîneur lyonnais affiche une moyenne record de 0,85 point par match en Ligue des champions après un revers (2-0) à Saint-Pétersbourg qui compromet la qualification pour les 8es de finale

Jérémy Laugier

— 

A l'image de son équipe, Moussa Dembélé s'est montré impuissant à la pointe de l'attaque lyonnaise. Olga MALTSEVA
A l'image de son équipe, Moussa Dembélé s'est montré impuissant à la pointe de l'attaque lyonnaise. Olga MALTSEVA — AFP
  • Très bien placé en vue d’une qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions, l’OL a clairement fragilisé son rang en s’inclinant (2-0) ce mercredi à Saint-Pétersbourg.
  • Désormais troisièmes de leur groupe, les Lyonnais peuvent encore se qualifier en cas de succès contre le RB Leipzig le 10 décembre. Par contre, une défaite pourrait même les empêcher d'être reversés en Ligue Europa.
  • Cette contre-performance a été marquée par les choix très douteux de Rudi Garcia de notamment placer le défenseur belge Jason Denayer à un poste de milieu défensif inédit à Lyon.

Il aura donc suffi à l’OL d’une soirée russe très mal négociée pour compromettre une deuxième qualification consécutive pour les 8es de finale de la Ligue des champions qui lui tendait les bras. Logiquement battus par le Zénith Saint-Pétersbourg (2-0) au terme d’un tout petit match, les Lyonnais sont désormais dos au mur (troisièmes de leur poule) et dans l’obligation de battre un RB Leipzig déjà qualifié le 10 décembre pour être certains de poursuivre l’aventure en C1. En raison du nul (2-2) entre les Allemands et le Benfica, ils ne seraient par contre même pas reversés en Ligue Europa en cas de défaite lors de la dernière journée (promis, on s'est pris la tête pour les calculs dans les configurations de trois équipes à égalité).

Certes, l’OL a subi plusieurs coups durs ce mercredi, les absences de dernière minute de Thiago Mendes (blessé) et de Martin Terrier (malade) s’ajoutant à celles de Memphis Depay et de Houssem Aouar. Mais les partenaires d’Anthony Lopes, impuissant face à Artem Dzyuba (1-0 42e) et Magomed Ozdoev (2-0, 84e), auraient dû livrer un tout autre contenu, même dans ce contexte contraire. Rudi Garcia en tête, puisque l’homme affichant désormais la pire moyenne de points (0,85) dans l’histoire de la Ligue des champions est encore passé au travers dans un gros match.

Le double pivot Tousart-Denayer pour un choc européen fera date

« On se devait de faire mieux, reconnaît l’ancien coach de l’OM. Il fallait au moins un nul pour garder la main et être en position de se qualifier. En première période, nous avons été trop pauvres techniquement. On aurait été plus inspiré de presser plus haut et de se créer davantage d’occasions. » En misant sur Maxwel Cornet et Bertrand Taoré sur les ailes et en inventant un flippant double pivot au milieu composé de Lucas Tousart et de Jason Denayer ? Le défenseur belge, qui n’avait jamais évolué à ce poste depuis son arrivée à Lyon, a notamment été préféré à Jean Lucas et Maxence Caqueret, deux purs milieux.

Ce pari s’est révélé perdant, tout comme celui de relancer Marcelo, impliqué sur les deux buts russes. Il a même fallu attendre la 83e minute pour enfin voir Rudi Garcia stopper l’expérimentation Jason Denayer, avec un changement offensif Andersen-Gouiri. Au final, l’occasion la plus dangereuse côté lyonnais a été un quasi-but contre son camp de Magomed Ozdoev (23e). « Je trouve qu’on avait l’ascendant sur l’équipe du Zénith », estime pour sa part Jeff Reine-Adélaïde au micro de RMC Sport. L’absence de lucidité est donc contagieuse dans cet OL version Rudi Garcia.