PSG : Edinson Cavani, meilleur buteur de l’histoire du Paris Saint-Germain, sortira-t-il par la petite porte ?

FOOTBALL L’attaquant uruguayen revient de blessure dans une dernière année de contrat qui pourrait ternir son passage historique à Paris

Maxime Ducher

— 

Edinson cavani, buteur contre rennes en août 2019.
Edinson cavani, buteur contre rennes en août 2019. — Sebastien SALOM-GOMIS
  • Edinson Cavani revient doucement à la compétition après une blessure à la hanche.
  • Pour le remplacer, le PSG a fait appel à Mauro Icardi, qui est déjà lancé sur des bases qui feraient presque oublier « el Matador ».
  • Mais l’Uruguayen, meilleur buteur de l’histoire du PSG, reste le chouchou du public malgré une personnalité relativement en retrait.

Une qualification quasiment acquise à mi-parcours, un adversaire conciliant, et même le retour des Ultras au Parc des Princes après une petite bouderie vite oubliée. Tout est réuni pour nous faire profiter de Cavani. Mardi, le Paris Saint-Germain accueille Bruges en phase retour de groupe de Ligue des Champions. L’occasion pour l’attaquant de 32 ans d’engranger quelques minutes pour montrer que la plus grande tignasse de Ligue 1 ne compte pas passer sa dernière saison de contrat à devenir l’égérie de Cuir center en testant tous les bancs. Enfin si Tuchel veut bien.

Que s’est-il passé pour qu’on en vienne à quémander à l’entraîneur allemand un peu de temps de jeu pour le Lorenzo Lamas du XVIe arrondissement? Une broutille à la base. Un penalty frappé face à Bordeaux en février dernier, sur lequel l'Uruguayen se blesse à la hanche. Un mal qui plane, depuis lors, sur son avenir, bien assombri, dans la capitale. A-t-il pour autant perdu toute aura et tout respect ?

Un bourreau nommé Icardi

Mis à l’arrêt dès le début de saison à cause d’une rechute de sa blessure durant la Copa America, Edinson Cavani n’a rejoué pour la première fois qu’à l’occasion du Classico, pour une vingtaine de minutes de jeu. Des miettes, dont le numéro neuf aux 285 matchs sous les couleurs parisiennes a dû se contenter une nouvelle fois contre Dijon, le 1er novembre.

Entre-temps, Paris s’est naturellement cherché un remplaçant. Arrivé en prêt en toute fin de mercato estival c’est donc Mauro Icardi qui a revêtu la tunique pour une efficacité létale. « C’est impossible de sortir un joueur dans une forme pareille, assure Amara Simba, ex-attaquant du PSG. Icardi est devenu Monsieur un but par match. » Sept réalisations en huit rencontres, le compte est presque bon pour celui qui incarne désormais l’avenir du club, du haut de ses 26 ans. Avec un objectif supplémentaire pour l’attaquant prêté par l’Inter Milan : pousser Paris à activer son option d’achat qui s’élèverait à 70 millions d’euros selon La Gazzetta dello Sport.

Un joueur consensuel

Par son arrivée au PSG due à l’absence de Cavani, l’ex-Nerazzuro a bénéficié d’une situation idéale, avec pour seule concurrence à son poste Eric-Maxim Choupo-Moting. Une conjoncture bien favorable à laquelle n’a pas eu droit le grand Edinson au moment de son transfert depuis le Napoli en 2013. Et pour cause, un certain « Ibra » avait déjà fait comprendre que la pointe de l’équipe était prise.

Antithèse parfaite d’un Zlatan Ibrahimovic à l’ego surdimensionné et à la communication exacerbée, « el Matador » est « l’attaquant du consensus », pour Steve Marlet, ancien attaquant de l’équipe de France. « Quand il est arrivé, il a dû se désaxer sur le côté pour laisser la place à Ibra. On ne l’a jamais entendu se plaindre, il a toujours fait le boulot. Dans l’état d’esprit, c’est le joueur modèle par excellence que je montrerai à tous les jeunes attaquants. »

Le chouchou du public

Un état d’esprit que n’oublieront pas les supporters de sitôt. En mai dernier, une banderole à la gloire de l’ancien Napolitain avait été déployée sur le périphérique avec le message « Cavani c’est Paris ! ». Touché par ce soutien, le principal intéressé avait d’ailleurs réagi sur les réseaux sociaux pour montrer toute sa gratitude : « Je n’ai pas les mots, je peux juste vous remercier sur le terrain. Allez Paris ! »

« En plus d’être le meilleur buteur du club, c’est le joueur le plus sympathique, apprécie Jean-Pierre, 60 ans, supporter du PSG depuis les années 80. C’est le chouchou du public ! Et ce n’est pas par hasard. C’est une icône, une belle personne en même temps qu’un bon footballeur. "El Matador", il n’y en a qu’un comme lui, il restera dans le coeur des supporters. » Meilleur buteur de l’histoire du club avec 195 buts au dernier relevé EDF. « Il finira sûrement avec plus de 200 buts, estime Piotr, 23 ans, fan du PSG. Je ne suis pas sûr que le record tombe un jour. »

Mais pour Reda, 35 ans, amoureux du club de la capitale depuis ses six ans, « Leonardo (le directeur sportif) ne fera pas de sentiment. En 2020, Cavani au PSG, c’est fini. Sa blessure, c’est dommage à ce moment-là mais s’il y a plus jeune, meilleur et qu’il faut passer la main, bah il faut arrêter de faire du sentimentalisme. »

Alors que l’effectif parisien au complet laisse désormais peu de place, avec Mbappé, Icardi, Di Maria, Neymar, etc, les prochains mois s’annoncent complexes pour Edinson Cavani, qui sera libre se signer gratuitement où il l’entend au mois de janvier, sauf coup de fil improbable de Nasser pour lui offrir un dernier tour de char. Peut-être n’entre-il déjà plus dans les plans de Thomas Tuchel ? Peut-être cette dernière saison est-elle celle de trop ? Steve Marlet reste néanmoins convaincu d’une chose : « Quoiqu’il arrive, Cavani sortira par la grande porte. » Hélas, cela ne semble plus trop dépendre de lui.