OL : « Accueil glacial » et « climat délétère » à Lyon pour Rudi Garcia (qui n’est pas regretté à Marseille)

FOOTBALL L’arrivée de Rudi Garcia à Lyon lundi agace les supporters de l’OL comme ceux de l’OM. Le nouveau coach lyonnais pourrait ne pas être épargné dès sa première sortie, samedi (17h30) face à Dijon

Jérémy Laugier et Jean Saint-Marc

— 

Malgré sa finale de Ligue Europa au Parc OL, Rudi Garcia n'arrive pas en terrain conquis à Lyon.
Malgré sa finale de Ligue Europa au Parc OL, Rudi Garcia n'arrive pas en terrain conquis à Lyon. — Photo : P. Huguen / 20 Minutes Paint Productions
  • L’arrivée de Rudi Garcia, ancien coach de Saint-Etienne (2001) et de l’OM (2016-19) suscite des réactions épidermiques chez les supporters de l’OL.
  • Certains fans lui reprochent notamment « de ne jamais se remettre en question et de toujours se trouver des excuses ».
  • Sa première rencontre, samedi (17h30) contre Dijon, pourrait s’effectuer dans « un climat délétère ».

En quelques heures, l’annonce de la nomination de Rudi Garcia comme entraîneur de l'OL (jusqu’en 2021) a été commentée plus de 4.500 fois lundi sur le compte Twitter du club. Le moins que l’on puisse dire au vu des messages laissés, avec notamment un paquet de #GarciaDemission (et oui, déjà), c’est que le coach de 55 ans, passé par l’ASSE (2001) et l’OM (2016-2019), est mal perçu par de nombreux supporters lyonnais. « Ce choix est surréaliste, peste Tanguy (22 ans). Avec son passif d’ancien Stéphanois et Marseillais, avec même des déclarations à charge sur l’OL, il va avoir du mal à être très haut dans notre estime, même en ayant des résultats. Je trouve le climat autour de son arrivée déjà délétère. C’est un gros risque qu’a pris le club. »

Davantage qu’en misant cinq mois plus tôt sur le Brésilien Sylvinho, novice en tant que numéro un ? « Ce qui est certain, c’est que le passé de Rudi Garcia à l’OM est un point bloquant, du fait de ses nombreuses et imbuvables déclarations à l’égard de l’OL, estime Jean (28 ans). J’ai le sentiment qu’il déteste notre club autant qu’on le déteste, et que ça n’était pas juste un rôle de rival. Cette haine réciproque m’allait parfaitement. »

« Il n’aura pas la protection dont pouvait bénéficier Bruno Genesio »

Une ambiance tendue qui pourrait planer sur le Parc OL dès son premier match sur le banc lyonnais, samedi (17h30) contre Dijon, surtout deux semaines après un sombre derby perdu dans le Chaudron (1-0). « Je pense qu’il recevra un accueil glacial, en raison de ses propos vis-à-vis de l’OL quand il était à l’OM, et car il y a une réelle déception de le voir arriver, indique Gary (35 ans). De plus, il n’aura pas la protection dont pouvait bénéficier Bruno Genesio en tant que pur Lyonnais. »

Dans l’intense trolling accompagnant l’Olympico, les deux camps s’en sont donnés à cœur joie durant trois saisons de GG Garcia-Genesio, à qui les supporters ont reproché une caractéristique commune. « Rudi Garcia ne se remet jamais en question, il se trouve toujours des excuses et il n’est quasiment jamais lucide dans ses analyses d’après match », soupire Tanguy. Gary contextualise pourquoi la signature surprise du jour a à ce point du mal à passer à Lyon.

C’est sûrement la nomination que je prends le plus mal depuis que je suis supporter de l’OL. J’étais anti-Genesio mais j’arrivais à comprendre la logique d’Aulas de vouloir maintenir un coach du cru, et avec lequel il pouvait garder un certain contrôle. Quand Genesio est parti, et avec l’arrivée de Juninho, on s’est vraiment mis à rêver. Le discours était ambitieux et séduisant, tout comme l’ouverture sur l’étranger avec Sylvinho. Là, je pense qu’Aulas a fait une énorme erreur qui va aggraver le fossé créé pendent l’ère Genesio avec les supporters. On se sent trahis et on a l’impression d’être dans une spirale infernale. »

« C’est la promesse de grands moments malaisants »

Avec en bonus track pour ce lundi en sommeil le chambrage intense des supporters stéphanois et marseillais (notamment). « L’arrivée de Rudi Garcia semble ravir tous nos adversaires, ça devrait nous alerter, non ? », interroge Tanguy. On est donc allé voir comment les supporters de l’OM, qui n’ont dit adieu à leur coach qu’en mai, vivaient vraiment la grosse annonce du jour du rival lyonnais.

« J’avais peur que l’OL profite de ce moment pour enfin choisir un grand coach qui aurait suscité notre jalousie, ironise @BasileBowie. Je suis rassuré qu’ils prennent Rudi Garcia : c’est la promesse de grands moments malaisants, cette fois au détriment de Lyon. » Ce fan de l’OM est traversé par une « soupe de sentiments » depuis la nomination de  «Pompompero» à Lyon : « Il y a donc le soulagement, mais aussi une forme de peur, car on connaît sa capacité à bien reprendre en main des groupes meurtris. Ce qui m’inquiète, c’est que l’OM se présente sur sa route le 10 novembre, pour les 120 ans du club. Et Garcia a totalement le profil du trouble-fête. »

« C’est toujours bien de voir les Lyonnais aussi désespérés que nous »

Romain, alias Camelus Blaah sur Twitter, refuse aussi de trop participer à l’immense chambrage numérique qui déferle de Marseille à Lyon, à base de « bonne chance à l’OL. » « C’est toujours bien de voir les Lyonnais aussi désespérés que nous, mais je trouve la signature de Garcia là-bas assez pathétique, estime-t-il. Rien ne garantit qu’il foire son passage à Lyon. Il ne se fera pas apprécier pour ses qualités humaines, c’est sûr, ça ne marchera pas sur le long terme et ça n’a pas l’air d’être le but [son contrat court jusqu’en 2021]. Mais sur le court terme, il peut leur gagner un titre quelconque ou les qualifier en Ligue des champions. »

Il n’est pas parvenu à le faire en trois saisons avec l’OM (5e, 4e puis 5e de Ligue 1), ce qui nuance sérieusement la belle aventure en Ligue Europa jusqu’à la finale… au Parc OL en mai 2018 (0-3 face à l’Atlético de Madrid).

« C’est le pire message possible envoyé aux supporters »

Retour à Lyon où Tanguy vit mal la brutale transition Sylvinho-Garcia : « Ce qui m’embête le plus est la marche arrière dans la révolution annoncée cet été. Même si Sylvinho était une erreur de casting, il y a eu un vent de fraîcheur et une nouvelle culture qui ont fait beaucoup de bien à l’OL. J’espérais que le prochain coach resterait dans cette lignée-là. C’est raté car avec Garcia, c’est le retour à la vieille recette de l’entraîneur français qui a montré beaucoup de limites au haut niveau, à l’image de ses matchs face aux gros à la tête de la Roma ou de l’OM. »

Jean résume l’humeur désenchantée de nombreux fans de l’OL depuis lundi : « C’est le pire message possible envoyé aux supporters : ''On vous a vendu du rêve mais rien n’a changé, et on ne va même plus faire semblant''. » Les virages du Parc OL pourraient aussi s’éviter les faux-semblants de la période Genesio dès samedi.