ASSE-OL : Robert Beric met fin à la malédiction des Verts dans le Chaudron et enfonce le Lyon de Sylvinho

FOOTBALL Les Lyonnais (14es) viennent d’être dépassés au classement par l’ASSE, ce dimanche, au terme d’un derby décevant mais conclu par un but de Robert Beric à la 90e minute de jeu (1-0)

Au stade Geoffroy-Guichard, Jérémy Laugier

— 

Robert Beric exulte avec les supporters stéphanois après son but décisif à la 90e minute. PHILIPPE DESMAZES
Robert Beric exulte avec les supporters stéphanois après son but décisif à la 90e minute. PHILIPPE DESMAZES — AFP
  • L’OL a été incapable de surfer, ce dimanche, sur son succès (0-2) obtenu quatre jours plus tôt à Leipzig en Ligue des champions.
  • Au bout d’un terne derby, les Lyonnais ont été punis par un coup de tête du joker stéphanois Robert Beric (1-0, 90e).
  • La situation se complique encore un peu plus pour Sylvinho, qui reste désormais sur trois nuls et quatre défaites en Ligue 1, à la tête d’un OL (14e) manquant cruellement d’ambition.

Avant d’être un derby, cet ASSE-OL s’est longtemps révélé être un match sans saveur entre mal classés. Car le final inattendu avec le but de Robert Beric (1-0, 90e) n'occulte pas une rencontre ayant cruellement manqué d’intensité. Mais le derby reste décidément le derby et les Stéphanois, passés d’un coup de la 18e à 13e place, repoussent les Lyonnais (14es) dans la crise.

Les choix forts de Claude Puel

Il y a des coachs qui débarquent en cours de saison sur la pointe des pieds, et puis il y a Claude Puel. Il tenait clairement à être installé sur le banc stéphanois pour défier son ancien club (de 2008 à 2011) et non durant la trêve internationale qui suit. Outre les choix d’aligner Miguel Trauco et Ryad Boudebouz, deux symboles d’un mercato estival se révélant être un échec jusque-là, il a tenté deux coups de poker. Exit du 11 de départ Robert Beric et Wahbi Khazri afin de (re)lancer en pointe Loïs Diony et Charles Abi.

A savoir un avant-centre en plein doute (7 buts en 50 matchs avec les Verts depuis 2017, 18 minutes de jeu cette saison) et un gamin de 19 ans vivant sa première titularisation en pro. Mais c’est Ryad Boudebouz qui a obtenu la meilleure occasion stéphanoise de la première période, en poussant Anthony Lopes à dévier d’un réflexe sa tentative sur le poteau (20e). Ce même Boudebouz a ensuite offert le but de la victoire au joker de luxe Robert Beric (1-0, 90e).

Cet OL manque cruellement d’ambition

Un joli coup franc en feuille morte de Memphis Depay des 30 mètres de peu à côté (36e). C’est tout simplement le seul tir lyonnais de la première période. On croyait l’OL de Sylvinho relancé par son solide succès (0-2) à Leipzig, quatre jours plus tôt. Mais les problèmes sont multiples, à commencer par une animation de jeu proche du néant. Il y a bien eu un petit frisson technique quand Houssem Aouar, bien lancé par Joachim Andersen, s’en est allé battre avec sang-froid Jessy Moulin (61e). Mais l’international espoirs était (de peu) en position de hors-jeu (61e).

Installé en meneur de jeu du même 3-2-1-2 qu'en Allemagne, Houssem Aouar a été le seul Lyonnais dangereux. Mais il a buté sur Jessy Moulin (75e) avant de manquer son duel face à l’habituelle doublure de Stéphane Ruffier (87e). Et Sylvinho a (pour une fois) eu le malheur d’effectuer ses trois changements assez tôt, son équipe finissant à dix après la blessure de Léo Dubois (82e). Cette nouvelle tache dans le début de saison du coach brésilien pourrait lui coûter très cher tant son équipe souffre, avec aucun succès en Ligue 1 sur les sept derniers matchs.

Le « money-time » sourit enfin aux Verts

Après notamment Sidney Govou (2-3 en 2004), Jimmy Briand (1-2 en 2013) et Moussa Dembélé la saison passée (1-2), l'OL n’a cette fois pas climatisé le Chaudron dans les arrêts de jeu. Non, l’ASSE a même signé un joli pied de nez à l’histoire grâce à ce coup de tête lobé de Robert Beric, qui a rendu divine une soirée jusque-là bien terne pour tant de supporters stéphanois. Un premier succès dans le derby depuis février 2017 (2-0), et un voisin désormais encore plus en galère qu’eux, les Verts ont finalement réussi le coup parfait pour la première de Claude Puel.