OL-PSG : Qui a dit « Je préfère jouer avec dix mecs qui ont une jambe de bois plutôt qu’avec dix superstars » ?

FOOTBALL Alerte très bon client pour les médias, dimanche après la probante victoire du PSG au Parc OL (0-1)

Au Parc OL à Décines, Jérémy Laugier

— 

Ici opposé à Jeff Reine-Adélaïde, Ander Herrera est l'un des symboles du recrutement estival parisien, pas des plus clinquants mais précieux.
Ici opposé à Jeff Reine-Adélaïde, Ander Herrera est l'un des symboles du recrutement estival parisien, pas des plus clinquants mais précieux. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Il faut le reconnaître, un départ de Thomas Meunier cet été aurait été une vraie perte médiatiquement pour la Ligue 1. Car depuis plus de trois ans, à chaque fois ou presque que le latéral belge se présente devant la presse, il se passe quelque chose. Interrogé dimanche soir après OL-Paris (0-1), sur la solidité de ce nouveau PSG, qui n’a concédé des buts (trois) que contre Rennes en huit matchs officiels, il s’enthousiasme : « Oui, nous sommes costauds défensivement, on ne prend pas de but et les adversaires sont très très peu dangereux. »

Surtout, Thomas Meunier y voit un lien avec le recrutement moins clinquant mais pour l’instant convaincant effectué par le PSG cet été. Et quand il se lance sur le sujet, il touche vite au sublime.

Il y a pour moi eu des transferts magistraux. Gueye, Herrera, ce sont des joueurs de club. Ce sont des mecs qui se battent et pas des superstars. Ils savent ce qu’ils ont à faire sur le terrain. Ce sont des mecs comme ça qu’il faut. Le marketing est important mais je préfère jouer avec dix mecs qui ont une jambe de bois plutôt qu’avec dix superstars car ce sont des gens qui donneront tout. »

Pour l’instant, et heureusement pour le PSG, on cherche encore la jambe de bois d’Idrissa Gueye et d’Ander Herrera. Mais ne change rien, Thomas, vraiment.