OL-PSG : « On a beaucoup changé notre mentalité collective », se réjouit Thiago Silva

FOOTBALL Le PSG a une nouvelle fois prouvé toute sa solidité en l'emportant sans trembler dimanche au Parc OL (0-1)

Au Parc OL à Décines, Jérémy Laugier

— 

Ici à la lutte de la tête avec Thiago Mendes, Thiago Silva n'a jamais été mis en danger dimanche soir au Parc OL. JEFF PACHOUD
Ici à la lutte de la tête avec Thiago Mendes, Thiago Silva n'a jamais été mis en danger dimanche soir au Parc OL. JEFF PACHOUD — AFP
  • Les Parisiens ont repris leurs distances en tête de la Ligue 1 dimanche en remportant un succès référence au Parc OL (0-1).
  • Les partenaires de Marquinhos comptent trois points d’avance sur Angers et Nice, mais surtout désormais sept longueurs sur Lyon.
  • Un premier écart significatif qui vient récompenser un solide parcours et « une mentalité collective » changée depuis la défaite à Rennes (2-1).

Le chambrage belge avec Thomas Meunier aux manettes, c’est quand même quelque chose. Jugez plutôt avec son analyse de la (faible) prestation offensive lyonnaise lors de la victoire du PSG dimanche au Parc OL (0-1). « Lyon a eu une possession un peu stérile et n’a jamais été très dangereux, indique le latéral droit. Il y a beaucoup de frappes qui ont terminé en tribunes. » Et bim, en voilà un qui n’a pas manqué de remarquer que Keylor Navas a tout simplement été mis au chômage technique pour la deuxième fois de la semaine, avec l’incroyable stat de zéro tir cadré pour un OL sans solution, tout comme le Real Madrid en Ligue des champions (3-0) quatre jours plus tôt.

Comment le PSG a-t-il pu à ce point survoler son sujet lors de ses deux principaux rendez-vous du début de saison, qu’il a en plus dû enchaîner sans Kylian Mbappé ni Edinson Cavani, mais aussi Mauro Icardi ou Pablo Sarabia face aux Lyonnais ? « On a joué intelligemment, poursuit Thomas Meunier. On sentait au début qu’on avait les jambes assez lourdes avec la fatigue du match contre le Real. Puis on a repris le dessus et on a parfaitement géré le match. »

« L’effectif est vraiment solide cette saison »

Thomas Tuchel, qui déplore même sept joueurs internationaux blessés, était tout sourire dimanche soir : « Quand on est à ce niveau, c’est difficile de jouer contre nous. On a tout contrôlé à partir de la 25e minute. On a beaucoup de confiance et on a gagné comme une équipe ce soir. » Une sensation confirmée par le capitaine Thiago Silva, qui avait fière allure en roc de défense au moment de fêter son 35e anniversaire. « Collectivement, nous avons été très forts, souligne le défenseur brésilien au micro de Canal +. Je crois que cette année, si on continue comme ça, on peut faire quelque chose. On sent que l’équipe va bien. Cette défaite à Rennes [2-1 le 18 août] a été importante pour nous faire réfléchir. Je crois qu’on a beaucoup changé notre mentalité collective. »

Hormis les deux rencontres face aux Bretons, le PSG n’a connu que des clean sheets (six) depuis la reprise. Marquinhos est tout aussi enthousiaste au sujet de ce nouveau PSG, lui aussi sur Canal + : « Je pense que l’effectif est vraiment solide cette saison. On a vu que Marco [Verratti] n’a pas commencé le match ce soir et qu’Ander [Herrera] a gardé le niveau de l’équipe. La saison est longue et on va avoir besoin de beaucoup de joueurs. »

« On n’est pas là pour rigoler »

Paris, qui a indéniablement gagné en profondeur de banc avec les arrivées de Diallo, Gueye, Herrera, Sarabia et Icardi, a-t-il déjà marqué un grand coup en Ligue 1 en repoussant son rival le plus coriace annoncé, l’OL, à sept points ? « C’est vraiment significatif, on n’est pas là pour rigoler, assume Thomas Meunier. Le but, c’est le titre de champion comme chaque année. On n’a qu’une chose à faire, c’est respecter notre statut, et c’est ce qu’on fait extrêmement bien. »

Beaucoup plus mesuré, Ander Herrera n’était pas sûr d’avoir bien compris la question d’un confrère lui demandant si le PSG avait déjà plié le championnat (si si, dès le mois de septembre). « Non, vraiment pas, il n’y a eu que six journées de disputées, balance, tout surpris, l’ancien milieu de Man United. Il y a Angers, Rennes et Marseille [mais aussi Nice, 3e] derrière nous. Nous respectons beaucoup tous les adversaires et on jouera toujours avec du respect pour eux. » Plus de doute, le PSG est bien en train de changer.