Bordeaux-Reims : «Le seul point positif, c’est qu’il ne reste plus qu’un match», les Girondins se sauvent après une énième défaite

FOOTBALL Encore battu à domicile, Bordeaux jouera bien en Ligue 1 la saison prochaine

Clément Carpentier

— 

Jaroslav Plasil a joué son dernier match avec les Girondins.
Jaroslav Plasil a joué son dernier match avec les Girondins. — Romain Perrocheau / AFP
  • Avec une sixième défaite d’affilée face à Reims, les Girondins viennent d’établir un nouveau record.
  • Leur maintien en Ligue 1 est toutefois assuré.
  • Les prochaines semaines promettent d’être agitées du côté du château du Haillan.

Les nouveaux propriétaires américains espéraient sûrement rentrer dans l’histoire des Girondins d’une autre manière. C’est même sûr ! En s’inclinant face à Reims au Matmut Atlantique (0-1), ce samedi, leur équipe vient d’établir un nouveau record. Jamais Bordeaux n’avaient enchaîné six défaites d’affilée en Ligue 1 depuis la création du club en 1881. Dorénavant, c’est chose faite après une énième prestation calamiteuse des coéquipiers de Jaroslav Plasil. Le calice jusqu’à la lie.

Mais, mais… Les Girondins sont enfin officiellement maintenus en L1 malgré cette série noire historique. Caen ayant perdu à Lyon (4-0), les Bordelais (14e) comptent cinq points d’avance sur les Normands, barragistes, avant de se rendre au stade d’Ornano dans une semaine pour la dernière journée de championnat. Quoi retenir d’autre ? Rien comme très souvent cette saison. Certains semblent d’ailleurs ne plus en pouvoir à l’image du gardien international, Benoit Costil : « Le seul point positif, c’est qu’il ne reste plus qu’un match ! On a hâte d’être dans une semaine. » Et nous donc.

Car, comme le souligne aussi le capitaine de cette équipe, il ne fallait vraiment pas que le championnat dure plus longtemps. Il y aurait eu alors très gros danger là. Pour rappel, Bordeaux est dernier de Ligue 1 sur la phase retour avec 13 points. Mais bizarrement, cette série de défaites n’étonne pas un homme, Paulo Sousa, l’entraîneur bordelais :

« Je ne suis pas surpris. Je connaissais avant de venir l’état du club même si c’est la première fois que je me retrouve dans cette situation. J’ai pris la décision de venir en mars et pas à la fin de saison pour connaître les joueurs et le championnat. »

« Il va vite falloir prendre les bonnes décisions »

Aujourd’hui, il fait clairement face à un champ de ruines. Tout est à (re) constuire. Mais finalement, c’est peut-être la chance des nouveaux propriétaires. Ils partent d’une page blanche : « On n’est vraiment pas fier de nous. On est conscient de ce qu’on n’a pas fait. Il y a eu beaucoup de manques. Maintenant, il faut avancer et regarder devant. On va faire confiance aux dirigeants pour avoir une équipe compétitive la saison prochaine », espère Benoit Costil.

Si Paulo Sousa réclame « du temps et de la patience », il avoue qu’il « va vite falloir prendre les bonnes décisions. » Les prochaines semaines s’annoncent donc très mouvementées du côté du château du Haillan. Beaucoup risquent de faire leurs valises déjà d’ici le 2 juillet et la reprise de l’entraînement. Mais attention, il faudra encore s’infliger un Caen -Bordeaux samedi prochain. Promis ensuite ce sera fini… pour cette saison.