Football: Le Stade Rennais a retrouvé le moral à quelques jours de sa «finale» face à Astana

FOOTBALL Les Bretons ont enchaîné deux victoires cette semaine avant d’accueillir Astana en Ligue Europa...

Camille Allain

— 

Le Stade Rennais et Benjamin Bourigeaud, buteur face à Dijon, ont retrouvé confiance samedi soir.
Le Stade Rennais et Benjamin Bourigeaud, buteur face à Dijon, ont retrouvé confiance samedi soir. — J. F. Monier / AFP
  • Le Stade Rennais s'est imposé 2-0 face à Dijon samedi et a enchaîné deux victoires consécutives pour la première fois de la saison.
  • Le nouveau coach des Rouge et Noir Julien Stéphan a redonné confiance à son groupe, notamment Hatem Ben Arfa, Jordan Siebatcheu ou Benjamin Bourigeaud.
  • Le Stade Rennais joue jeudi soir sa «finale» de groupe d'Europa Ligue face à Astana.

Tellement de choses ont changé à Rennes en une semaine. Le coach, bien sûr, avec l’éviction de Sabri Lamouchi et la promotion de Julien Stéphan. Mais surtout le moral des joueurs et des supporters. En battant Lyon mercredi et Dijon samedi, les Rouge et Noir ont tout simplement enchaîné deux victoires consécutives pour la première fois de la saison, grimpant dans le même temps dans la première partie du classement. De quoi aborder le match face à Astana plus sereinement.

« On avait un peu moins d’intensité »

Après l’exploit à Lyon mercredi, toutes les planètes semblaient alignées pour que les Bretons se ratent à domicile contre Dijon samedi. La laborieuse première mi-temps semblait donner raison, jusqu’à ce que la chance sourie aux Rennais et que la frappe déviée de Bourigeaud termine dans le but dijonnais. « On n’avait pas complètement récupéré du match de Lyon et de la débauche d’énergie, donc on avait un peu moins d’intensité et on a eu du déchet sur le plan technique », reconnaissait Julien Stéphan à l’issue du match.

Mis en difficulté par le collectif dijonnais, les Rennais ont enfin fait preuve de réalisme pour s’imposer. « On a besoin d’une série pour reprendre confiance », répétait le défenseur Mehdi Zeffane après la victoire à Lyon. En deux matchs, six points pris et zéro but encaissé, le nouveau coach a réussi à redonner le sourire à son équipe. « Il y a la satisfaction d’avoir enchaîné un deuxième match sans prendre de but, c’est important d’être solide », soulignait le nouvel entraîneur.

« Hatem, il faut lui laisser de la liberté »

A peine arrivé, Julien Stéphan aura également réussi à remettre en confiance tout son secteur offensif, Hatem Ben Arfa en tête. Irrégulier, l’ancien Lyonnais a de nouveau marqué samedi et a semblé très épanoui balle au pied. « Hatem, il faut lui laisser de la liberté et ne surtout pas l’enfermer dans des consignes », estime son coach.

Mais l’ancien Niçois n’est pas le seul à avoir repris confiance. En manque de réussite depuis le début de la saison, Benjamin Bourigeaud a peut-être inscrit le but qui lui faisait défaut, lui qui avait terminé meilleur buteur de l’équipe l’an dernier. « L’état d’esprit était irréprochable. Il faut profiter mais ne pas se relâcher », explique l’ancien Lensois. Buteur à Lyon pour la première fois en Ligue 1, Jordan Siebatcheu pourrait dire la même chose.

Tous les regards se portent désormais sur la « finale » de jeudi. Regonflé par sa victoire arrachée à Jablonec, le Stade Rennais pourrait se qualifier pour la première fois de son histoire pour les 16e de finale de Ligue Europa. Il lui faudra pour cela battre Astana.

Dans un Roazhon Park plein à craquer, face à un adversaire à sa portée et avec un Hatem Ben Arfa retrouvé, tous les voyants sont au vert pour les Bretons. Mais comme le soulignent les supporters, ne dites surtout pas aux joueurs qu’il s’agit « d’une finale ». En cas de raté, l’euphorie pourrait vite retomber.