VIDEO. OL-Rennes: «Un groupe irresponsable», «ça nous fait cruellement mal»… Plus dure est la rechute à Lyon

FOOTBALL Jean-Michel Aulas et Bruno Genesio étaient très remontés, ce mercredi, après la défaite de l'OL contre le Stade Rennais (0-2)...

Jérémy Laugier

— 

Ici dépassé par la vitesse d'Ismaïla Sarr, Jérémy Morel a incarné la fébrilité lyonnaise ce mercredi.
Ici dépassé par la vitesse d'Ismaïla Sarr, Jérémy Morel a incarné la fébrilité lyonnaise ce mercredi. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
  • Invaincu depuis neuf rencontres, toutes compétitions confondues, l’OL a concédé un surprenant revers (0-2), ce mercredi face à Rennes.
  • Si aucun joueur ne s’est présenté devant la presse après la rencontre, Bruno Genesio et surtout Jean-Michel Aulas étaient très remontés après ce « non-match » de l’OL.

« La colère n’est jamais porteuse de bonnes décisions. » C’est par cette accroche 100 % JMA que le président lyonnais s’est présenté en zone mixte, ce mercredi. C’est simple, aucun joueur ne s’est arrêté face aux journalistes après la défaite inattendue (0-2) contre un Stade Rennais venant de se séparer de son entraîneur Sabri Lamouchi. « Les joueurs étaient très déçus et n’ont pas assumé », décrypte Jean-Michel Aulas. Seul le capitaine Nabil Fekir, peu influent dans le jeu, a lâché quelques mots au micro de beIN Sports à la fin de la rencontre.

« On n’a pas été bon, tout simplement, reconnaît le meneur de jeu lyonnais. Il faudra se remettre la tête à l’endroit pour le match de Ligue des champions qui arrive [le 12 décembre contre le Shakhtar Donetsk]. Il y avait un manque d’agressivité, un manque de tout ce soir, pas de réaction, pas d’orgueil. Il y a des matchs comme ça mais il ne faut pas rester dans cet état d’esprit. »

« On pensait avoir résolu un certain nombre de problèmes »

L’OL (4e) a donc manqué une belle opportunité de prendre seul la deuxième place en Ligue 1 et de lâcher Marseille à cinq points. Mais pour Jean-Michel Aulas, le côté le plus problématique de ce non-match est ailleurs : « Cette défaite nous fait cruellement mal car elle arrive à un moment où on pensait avoir résolu un certain nombre de problèmes de ce type-là ».

Le boss lyonnais voit surtout la fin d’une (courte) spirale positive dans le jeu déclenchée par les belles prestations face à Manchester City (2-2) et Lille (2-2). Mais plus basiquement la fin d’une invincibilité, toutes compétitions confondues, enclenchée après la claque (5-0) le 7 octobre au Parc des Princes.

« On va réfléchir aux leviers à activer »

Ou plutôt, sur ce point, JMA fait du JMA en zappant volontairement ce match face au PSG de son analyse.

« Tout le travail qui a été fait depuis fin août et notre dernière défaite [0-1 contre Nice en L1] tombe à l’eau. Ce sont évidemment les joueurs qui ont la clé après ce non-match qui nous coûte beaucoup plus que trois points. Dans le contexte actuel, la spirale qui était en route était formidablement importante en vue du match de Donetsk. On va réfléchir aux leviers à activer pour remettre dans la bonne direction l’équipe. »

« Je n’imaginais pas que l’on pouvait afficher un tel visage ce soir »

Bien plus tranchant qu’à l’accoutumée, même dans les précédentes périodes de doute de ce groupe, JMA insiste : « On a vu beaucoup de choses qu’on espère ne pas voir, à savoir pas beaucoup d’engagement, de repli défensif ni d’agressivité ». Lors de sa très courte intervention dans l’auditorium du Parc OL, son entraîneur était sur le même registre, celui de « la colère ».

« Je n’imaginais pas que l’on pouvait afficher un tel visage ce soir, regrette Bruno Genesio. Il faut croire que l’on n’a pas retenu les leçons du passé. Petit à petit, on s’est éparpillé et nous avons oublié de nous replacer. Je pense qu’on est un groupe irresponsable. » Cette formule choc va comme un gant à cet OL-là, qui jouera très gros dans une semaine en Ukraine.