PSG-Belgrade: Après les soupçons de match truqué, Paris «rejette catégoriquement toute implication directe ou indirecte»

FOOTBALL Un haut dirigeant de Belgrade est soupçonné d'avoir parié contre sa propre équipe...

A.L.G.

— 

Nasser Al-Khelaïfi lors de la présentation de Neymar au Parc des Princes, le 5 août 2017.
Nasser Al-Khelaïfi lors de la présentation de Neymar au Parc des Princes, le 5 août 2017. — JOHN SPENCER/SIPA

Le PSG a réagi à l’article paru dans L’Equipe vendredi, dans lequel il est expliqué que le match de Ligue des champions contre Belgrade aurait pu être truqué par un dirigeant serbe de l’Etoile Rouge, lequel aurait misé près de cinq millions d’euros sur une défaite de son équipe par cinq buts d’écarts. Une hypothétique réunion entre le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, et ce haut dirigeant serbe dans un palace parisien est même évoquée, sans toutefois qu’elle ait effectivement eu lieu.

« C’est avec la plus grande stupeur que le Paris Saint-Germain découvre, ce vendredi, l’article du site internet de l’Equipe évoquant des soupçons de trucage du match de Champions League l’ayant opposé, le 3 octobre dernier, à l’Etoile Rouge de Belgrade, soupçons visant des agissements présumés de parieurs originaires de Serbie, écrit le club parisien. Le Club rejette catégoriquement toute implication directe ou indirecte en rapport avec ces soupçons. »

Pas de preuve matérielle

« Le Paris Saint-Germain se tient à la disposition des enquêteurs et ne tolérera pas la moindre atteinte à sa réputation ni à celle de ses dirigeants. À cet égard, le Club se réserve d’engager des poursuites contre quiconque tiendrait des propos diffamatoires à l’encontre du Club et de ses dirigeants, prévient-on du côté du PSG. Le Club réaffirme son attachement profond au principe fondamental du sport qu’est et sera toujours l’intégrité des compétitions. »

Jusqu’ici, si cette affaire de corruption est prise très au sérieux par l’Uefa et le parquet national financier (PNF), aucune preuve matérielle n’est venue confirmer ou infirmer les informations fournies par un informateur dont l’identité n’a pas été révélée.