Equipe de France: Sauveur, prodige, précoce... Et si on filait dès maintenant les clés de l'attaque à Mbappé?

FOOTBALL En une demi-heure, le Parisien a changé à lui seul le match contre l'Islande...

Aymeric Le Gall

— 

Mbappé a sauvé les Bleus face à l'Islande.
Mbappé a sauvé les Bleus face à l'Islande. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial à Guingamp,

A force d’écrire toujours les mêmes choses au sujet de Kylian Mbappé, on ne sait déjà plus que raconter à son sujet. Entré à l’heure de jeu contre l’Islande alors que les Bleus pédalaient dans la farine de blé noir et étaient menés 2-0, le numéro 10 de l’équipe de France a renversé le match à lui tout seul et rendu cette soirée (un peu) moins terne. En provoquant le but contre son camp de Eyjolfsson d’abord, puis en expédiant un péno sous la barre de Runarsson ensuite. Tout ça en trois minutes, merci, bonsoir.

Et si nous ne savons presque plus quoi dire sur lui, certains de ses coéquipiers en sont réduits au même point. Faut les comprendre aussi, les pauvres, à force de répéter sans cesse ce que le monde entier sait déjà, à savoir qu’on a devant nous un crack mondial qui n’en est qu’à l’ébauche du commencement du début d’un truc qui peut (qui va) être monstrueux, c’est dur de se réinventer. Benjamin Pavard, le premier à passer en zone mixte, ne fait même plus semblant d’essayer : « Il est très, très important pour l’équipe. Quand il est entré ce soir, il a fait la différence. » Ouais, et il pleut souvent en Bretagne, merci pour le scoop.

Heureusement que Lucas Digne s’est montré un peu plus disert. « Quand on a un joueur de cette qualité-là dans l’effectif, c’est considérable, a avoué le revenant chez les Bleus. Il apporte énormément et on sait qu’il est capable de faire la différence à tout moment. C’est un atout indéniable et c’est incroyable de pouvoir compter sur lui. »

Deschamps le protecteur

De son côté, installé sur le pupitre de la petite salle de presse guingampaise, Deschamps semble presque en garder volontairement sous la pédale, comme pour ne pas braquer tous les projos sur lui et rappeler, pour ceux qui commencent à en douter, que ce n’est pas l’équipe de Mbappé mais bien l’équipe de France qu’il dirige : « Kylian amène de la percussion et de la vitesse, ça crée du décalage et du danger, il a ça, il le sait. Quand il est rentré, ça a fait du bien à l’équipe… »

Oui voilà, disons ça. On ne va pas rabâcher qu’il n’y avait rien avant son entrée en jeu, mais quand même. D’ailleurs, en le voyant tomber le pull le long du banc de touche pour se préparer à entrer, le Roudourou tout entier a poussé un rugissement incroyable et offert une ovation à vous coller des frissons. Et tant pis si lors de sa dernière visite au mois d’août avec le PSG, pour son premier match post-Mondial, le gamin de Bondy avait mis la misère à l’équipe de Guingamp et, comme jeudi soir en Bleu, renversé à lui tout seul le match en claquant un doublé.

En voyant son match contre l’Islande, euh pardon, sa demi-heure de jeu, on ne peut que se frotter les mains et bénir les dieux du foot de nous avoir pondu, à nous Français, une telle merveille. Car il n’y a guère de débat, l’avenir de l’équipe de France passe et passera pour longtemps par Mbappé, et vu à la vitesse à laquelle il avale les étapes, il ne devrait plus tarder à devenir un leader en sélection, comme il l’est déjà au Paris Saint-Germain.

En pointe tôt ou tard

On ne va pas encore tirer sur Giroud, qui n’a d’ailleurs pas été le plus mauvais ce soir, mais l’idée de voir le Parisien prendre les clés de l’attaque des Bleus et de s’asseoir définitivement au poste de numéro 9 commence gentiment à nous faire des guilis un peu partout. Mbappé-Grizou, unis dans l’axe pour le meilleur et pour les buts, c’est ce que le public guingampais aurait d’ailleurs dû voir jeudi soir dès le coup d’envoi. Malheureusement, une petite douleur dans la cuisse de Mbappé est venue retarder l’inévitable.

Interrogé sur la performance de son concurrent - bientôt - direct, Olivier Giroud a préféré se montrer relativement mesuré. « Kylian ? Ouais, même s’il n’a pas tout réussi ce soir, il a été très en jambe quand il est rentré, c’est tant mieux pour lui et tant mieux pour l’équipe. » On sait que dans la tête du joueur de Chelsea, vu son âge et sa situation d’attaquant rarement titulaire en club, le dernier objectif c’est l’Euro 2020. On verra si Mbappé lui laissera le temps de profiter de cette compèt’en tant que n°9 attitré. Mais l’Euro 2020 est encore loin, et Mbappé a faim, tellement faim.