OL-OM: «Il va être temps de fermer les vannes»… La défense marseillaise a (encore) sombré au pire moment

FOOTBALL A l'image de son équipe, Rudi Garcia était remonté contre les nombreuses erreurs défensives de l'OM, qui ont permis à l'OL de s'imposer nettement dimanche (4-2)...

Jérémy Laugier

— 

Florian Thauvin effondré au sol pendant que les joueurs lyonnais exultent: une des images symboliques de cet OL-OM ayant comme si souvent tourné dans le même sens.
Florian Thauvin effondré au sol pendant que les joueurs lyonnais exultent: une des images symboliques de cet OL-OM ayant comme si souvent tourné dans le même sens. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Les saisons passent et l’OM ne parvient toujours pas, depuis novembre 2007, à l’emporter sur la pelouse de son principal concurrent dans la course à la deuxième place.
  • Plombée par sa prestation défensive, l’équipe marseillaise a permis à l’OL de signer une victoire (4-2) qui pourrait vraiment compter, cette saison encore.

A bien y réfléchir, une soirée aussi sombre que celle-ci pour l'OM ne pouvait que se finir par un troll de Jean-Michel Aulas. Après une nouvelle claque dans un choc à Lyon (4-2), conclu à neuf (Caleta-Car exclu, Njie blessé) et sur un penalty made in VAR de Fekir (balayette de Strootman sur Traoré et validation par Clément Turpin en bonus track), les Marseillais ont subi dimanche un beau chambrage de JMA.

Et particulièrement Rudi Garcia : « Parce qu’ils en ont l’habitude, certains diront que cette défaite s’explique par la VAR, alors que l’année dernière, c’était parce que la VAR n’existait pas ». En vrai, l’entraîneur marseillais nous a cette fois épargné le couplet de l’arbitrage dans son analyse de cette nouvelle contre-performance face à son rival maudit dans la course à la deuxième place en Ligue 1 (aucun succès à Lyon depuis 11 ans).

Duje Caleta-Car en plein cauchemar

« On a fait trop d’erreurs défensives pour espérer gagner ce match. On a déjà pris deux buts à Monaco [2-3] et deux autres jeudi [1-2 face à Francfort en Ligue Europa] donc il va être temps de fermer les vannes », insiste Rudi Garcia, pointant notamment « une deuxième période assez catastrophique ». Cohérents pendant 45 minutes (1-1), les partenaires de Dimitri Payet se sont en effet totalement effondrés après le repos, subissant les raids de Bertrand Traoré et consorts sans régir.

« On a réitéré les mêmes erreurs de concentration, peste le capitaine marseillais. Contre un adversaire direct, ça fait forcément mal. Six buts pris en deux matchs, c’est trop pour une équipe comme la nôtre. » Le secteur défensif se retrouve forcément en première ligne après pareil naufrage, à l’image des boulevards laissés par Jordan Amavi, de la passivité de Duje Caleta-Car, mystifié par Houssem Aouar (1-0, 28e) puis expulsé, mais aussi des prestations manquées des deux tauliers supposés dans pareil rendez-vous, Kevin Strootman et Luiz Gustavo.

« Quand ça se passe comme ça, il faut se taire et travailler »

« On est énervé car on passe complètement à côté après une bonne première mi-temps, admet Florian Thauvin, mine de rien déjà auteur de son sixième but en Ligue 1 dimanche. D’habitude c’est le contraire. Il ne faut pas se chercher d’excuses. Nous avons été moins bons qu’eux. Quand ça se passe comme ça, il faut se taire et travailler. » Pour espérer enfin inverser la tendance le 12 mai lors d’un match retour à coup sûr bouillant, lors de la 36e journée ?

A ce petit jeu des pronostics, le mot de la fin revient à Jean-Michel Aulas, tout sourire et au mode troll jamais vraiment désactivé lorsqu’il s’agit de l’OM : « Marseille a une très bonne équipe, que je trouve beaucoup plus forte que la saison passée. Mais nous avons beaucoup progressé aussi. Et puis on a un petit peu d’expérience dans la gestion des grands moments, des matchs de Coupe d’Europe. Marseille a d’autres atouts, comme son enthousiasme, mais peut-être que ça ne sera pas suffisant pour nous battre ». Vous aussi, vous le voyez venir gros comme une maison, ce nombre record de polémiques le 12 mai ?