La FFF et Nike accuseraient une petite entreprise bretonne de «concurrence déloyale» (prière de ne pas rigoler...)

FOOTBALL Goliath a donc peur de David…

A.L.G.

— 

Oh tiens, une deuxième étoile !
Oh tiens, une deuxième étoile ! — Franck FIFE / AFP

On marche sur la tête. Nike et l’équipe de France accuseraient la petite entreprise bretonne Breizh Club de concurrence déloyale et de parasitisme économique. En cause, la vente d’un t-shirt de foot à deux étoiles et inspiré du maillot de France 98, détourné à la sauce bretonne, qui faisait un tabac depuis la victoire des Bleus.

« Malheureusement, c’est avec une grande tristesse et une déception immense que nous sommes au regret de vous annoncer que nous ne serons pas en mesure d’honorer vos commandes », écrit l’entreprise sur sa page Facebook. La PME fondée en 2016 par deux jeunes entrepreneurs se dit accusée de « concurrence déloyale/parasitisme économique, par beaucoup, beaucoup plus grands que nous ».

La FFF et Nike restent muets

Contactés par l’AFP, la Fédération française de football (FFF) et l’équipementier officiel Nike n’avaient pas donné suite vendredi en début d’après-midi. « Nous avons bien essayé de nous battre mais nous n’avons, malheureusement, pas les ressources nécessaires pour faire le poids, sans risquer de mettre en péril tout le travail fourni depuis deux ans », ajoute Breizh Club sur Facebook.

Le maillot, appelé « Breizhizou », un « t-shirt bio » plutôt inspiré du design de France 98 avec deux étoiles et une mouette à la place du coq, était vendu 25 euros l’unité. Le sigle BZH prenait la place de celui de la FFF et le numéro de maillot était personnalisable en fonction de son département breton.

A titre de comparaison, le maillot officiel de l’équipe de France sera vendu 140 euros l’unité. Fabriqué en Thaïlande, il coûte moins de 3 euros à produire selon Le Journal du Dimanche. On comprend beaucoup mieux le concept de concurrence déloyale !