OM: Développer «une marque qui est vénérée» (et les revenus qui vont avec...) Les chantiers du nouveau DG

FOOTBALL Laurent Colette, passé par le FC Barcelone et l’AS Rome, va devoir faire passer l’OM dans une nouvelle dimension…

J.S.-M.

— 

L'OM est « une marque qui est vénérée ».
L'OM est « une marque qui est vénérée ». — F. Pennant / AFP
  • Le principal objectif du nouveau directeur général de l’OM est de trouver de nouveaux revenus pour le club.
  • Il a le CV pour, selon plusieurs spécialistes.

Son téléphone bourdonne de messages de félicitations. Pour les demandes d’interview, on verra plus tard. « Pas de déclaration pour l’instant », lâche le nouveau DG de l’OMLaurent Colette, nommé ce lundi par Jacques-Henri Eyraud. Son chantier débute en silence. Quels en seront les grands axes ?

>> Des billets plus chers ? « Laurent Colette a construit le Barça qu’on connaît aujourd’hui », assure le journaliste François David, installé à Barcelone. A la tête du marketing, Colette a révolutionné la billetterie. Les recettes générées par la vente des places ont été multipliées par dix, notamment grâce à une adaptation des prix à la demande. « Faire du yield management, comme les compagnies aériennes, est indispensable, assure l’économiste Pierre Rondeau. L’OM a un vrai retard en matière de billetterie ! »

>> Attirer de nouveaux partenaires. « L’OM achète un carnet d’adresses », glisse Olivier Goldstein, patron du site Barça Inside. A Barcelone, Laurent Colette a notamment négocié un contrat à plus de 150 millions avec la Qatar Foundation, premier sponsor maillot de l’histoire du Barça. « C’est Monsieur Qatar, il a d’excellentes relations avec eux », embraye François David. « L’OM doit justement faire venir des partenaires internationaux, car le potentiel économique local est limité », pointe Lionel Maltese.

>> Internationaliser la marque. « Laurent Colette sait travailler une marque à l’international, développer son image », reprend l’économiste marseillais. Avec l’OM, Colette aura entre les mains « une marque qui est vénérée, ce qui est rare ! » C’était le cas aussi à Barcelone, où il s’est employé à développer la fan base internationale du club sans trop brusquer les supporters locaux. Grâce à des places gratuites pour les plus jeunes, notamment.

Laurent Colette a également développé le musée du Barça, devenu le troisième plus gros musée en Espagne, avec près de deux millions de visiteurs par an. L’OL vient d’inaugurer le sien. Jacques-Henri Eyraud vient d’annoncer qu’il veut « bâtir rapidement le plus beau musée d’un club en France. » Ne pas laisser trop d’avance à Jean-Michel Aulas… Voilà aussi un des chantiers du nouveau DG.

 

>> A lire aussi : «Mes filles me parlent de l’OM presque tous les jours !» Une nouvelle génération de supporters est-elle née?

>> A lire aussi : «C'est un mec brillant!»... L'ancien «cerveau» du Barça Laurent Colette nommé à Marseille

>> A lire aussi : Autopsie d'un effondrement... Comment la section féminine de l'OM a coulé