OM: Des «héros cabossés», une love story... Et si on adaptait la folle saison de Marseille au cinéma?

FOOTBALL De l'affaire Patrice Evra à une demi-finale de Ligue Europa, de l'arrivée surprise de Mitroglou à celle de Pamela Anderson. La saison de l'OM est follement romanesque...

Jean Saint-Marc

— 

Des talents de caméraman et 24 buts, Thauvin crève l’écran cette saison.
Des talents de caméraman et 24 buts, Thauvin crève l’écran cette saison. — C. Paris / AP / SIPA
  • La saison de l'OM peut-elle inspirer un «blockbuster» ? Des professionnels du secteur en sont persuadés.
  • En tout cas, le documentaire réalisé par les médias du club à l'occasion du quart de finale face à Leipzig n'aura pas d'épisode 2, indique l'OM à 20 Minutes

Florian Thauvin cadre les frappes, pas les images. Sa célébration caméra au poing, face à Caen, n’a permis de produire que quelques secondes d’images de liesse collective, floues et tremblotantes.

Rien à voir avec le documentaire léché réalisé par les équipes d’Objectif Match lors du quart de finale dingue face à Leipzig. En ce début de semaine, l’OM indique à 20 Minutes qu’il n’est pas prévu de tourner une suite ce jeudi, à Salzbourg. L’épopée européenne de Marseille ferait pourtant un blockbuster parfait.

Les héros « cabossés » et le méchant de James Bond

« On sait depuis Homère que la recette pour une bonne histoire, ce sont des héros, qui ont un objectif et qui rencontrent des écueils avant de l’atteindre », professe le réalisateur Manuel Herrero, patron de la société Capa Sport. Homère, L’Iliade et l’Odyssée… Inutile d’avoir son Bac L avec mention pour voir le parallèle évident :

« Mitroglou, c’est un bon héros, il a une gueule, il est cabossé, il vient de loin, reprend Herrero. Il y a dans cette équipe des personnages clivants, avec des failles sur lesquelles s’appuyer, des moteurs intimes forts, pour créer une force collective. Avec une figure de chef intéressante : Rudi Garcia. »

Rudi Garcia
Rudi Garcia - Claude Paris/AP/SIPA

Et une saison pleine de péripéties : une humiliation à Monaco, une qualification européenne inespérée, un duel plus que bouillant avec les Lyonnais de Jean-Michel Aulas - mieux qu’un « méchant » de James Bond ? Il y a eu un psychodrame, aussi, avec le départ de Patrice Evra. Et même une love-story, entre Pamela Anderson et Adil Rami. Et entre les « cabossés » et le public marseillais. « Cette saison, pour moi, c’est une comédie romantique, c’est Quand Harry rencontre Sally, sourit l’acteur (et supporter) Mathieu Madénian. Au départ, ils se détestent, comme quand les supporters appelaient à la démission de Rudi Garcia. Puis ils apprennent à se connaître. »

Jusqu’à s’embrasser, un soir de qualification européenne ? « Mais même si on est éliminé jeudi, ou même si on perd en finale, cette saison, ça restera un bon film, en tout cas moi j’ai pris du plaisir à le regarder tout au long de la saison. » Manuel Herrero, qui a suivi l’Euro 2016 de handball au plus près des Experts, aurait pris du plaisir à la filmer : « Un film sur Marseille, ça marche toujours ! C’est un environnement qui n’est pas anodin, fort en image. Un port, où toutes les aventures sont possibles ! Et avec des personnages secondaires, comme Pamela Anderson, que tu ne t’attends pas à trouver là. »

>> A lire aussi : Monaco-Marseille: Le bus a fini à la fourrière... Un OM ultra défensif ultra humilié par l'ASM (6-1)

>> A lire aussi : «Elle ne se cache pas»... Notre reportage à la recherche de Pamela Anderson dans les quartiers chics de Marseille

>> A lire aussi : Bon, on le place où, ce match OM-Leipzig, dans le panthéon des ambiances au Vélodrome?