«Qu’est-ce que j’irais bien faire à Marseille ?», Jürgen Klopp a-t-il vraiment snobé l’OM après Bielsa?

FOOTBALL Le jour où l’entraîneur le plus cool du monde a failli rejoindre l’OM (pas du tout)...

B.V.
Jurgen Klopp et l'OM
Jurgen Klopp et l'OM — Montage 20 Minutes

« Non, mais attends, comment en sont-ils arrivés à penser à moi ? Ils sont sérieux ? Qu’est-ce que j’irais bien faire à Marseille ? » L’anecdote est savoureuse. Elle raconte dans les colonnes de Libération un Jürgen Klopp « à deux doigts de s’étouffer » en apprenant, à l’été 2015, que l’Olympique de Marseille en aurait fait sa cible privilégiée pour remplacer Marcelo Bielsa, démissionnaire après sa défaite en ouverture de championnat face à Caen.

Petit rappel de contexte utile : à ce moment-là, Jürgen Klopp vient juste de rendre son tablier à Dortmund (avec quelques titres de champion d’Allemagne et une finale de Ligue des champions dans le baluchon) et profite d’une année sabbatique dans l’attente qu’un gros club anglais se pointe. Du genre Liverpool, qu’il rejoindra finalement début octobre pour en faire un possible demi-finaliste de Ligue des champions deux ans plus tard si tout se passe bien au retour face à City mardi soir.

Sauf que c’est donc l’OM qui se pointe à la porte. Et que forcément, ce « qu’est-ce que j’irais bien faire à Marseille » fait se poiler l’ensemble du foot français. Klopp à l’OM ? Et pourquoi pas Neymar au PSG tant qu’on y est ? Soyons sérieux cinq minutes. « Avec un autre journaliste, nous connaissions quelqu’un qui avait des contacts avec Klopp depuis son passage à Mayence, raconte Mathieu Grégoire, désormais journaliste à L’Equipe et auteur à l’époque de l’article pour Libération. C’est lui qui lui avait dit "alors, tu es convoité par l’OM, c’est énorme !". Et Klopp lui avait répondu que jamais il irait dans ce club. Non pas par manque de respect ou mépris pour l’OM, c’est juste qu’il attendait l’appel d’un gros d’Europe. »

Ancelotti aussi

Tout était parti de l’ambition de Vincent Labrune, le président marseillais d’alors, de faire de l’OM en 2013 le « Dortmund » français. Alors qui de mieux pour porter le projet du Dortmund français que l’entraîneur du Dortmund allemand ? L’idée est tellement belle que les rumeurs enflent rapidement. Plusieurs médias se font l’écho d’un intérêt sérieux de l’OM pour Klopp, à tel point d’ailleurs que son manager s’occupe lui- même d’annoncer le râteau dans Bild : « Marseille a manifesté un grand intérêt mais, pour Jürgen, le temps n’est pas encore venu de revenir ». Une manière polie de dire qu’il n’était pas intéressé.

Ce qui est le plus étonnant, c’est que l’OM ait vraiment cru que c’était faisable. Enfin, c’est en tout cas ce qui a fait rire à l’époque. Rappelons que l’OM était alors en grande difficulté sportive et financière, sans aucune assurance sur son service. Un proche des hautes sphères du club se souvient de l’épisode :

« Comme toujours dans ces dossiers-là, dans les trois quatre jours après l’annonce de la démission de Bielsa, l’OM a reçu une quarantaine d’appel d’agents pour proposer des entraîneurs. Ces agents, ils essaient de se placer au milieu de la chaîne. Ils disent à l’OM : "Klopp ça vous dirait ? Je peux vous le faire venir", puis vont voir Klopp et lui disent : "L’OM ça te tente ? Je peux t’y placer". En trois jours, on a proposé à Labrune Klopp ou Ancelotti, mais il y n’a pas eu de démarche du club. C’est la période du mercato, c’est comme ça, 95 % des informations sont fausses ou créées de toutes pièces, mais le club ne va pas passer son temps à démentir. »

Quitte, sur le coup, à passer un peu pour un âne. Et à faire pouffer le coach allemand quand l’agent du milieu se tourne vers lui. Surtout qu’à ce moment-là, l’OM n’avait pas un rond. Et qu’à part s’il avait eu envie de venir faire quelques séances pro bono, il aurait été totalement impensable financièrement de tenter le coup avec un entraîneur de la trempe de Klopp.

C’est d’ailleurs pour ça que l’OM a terminé avec l’Espagnol Michel sur le banc, dont la principale qualité était de ne pas coûter trop cher. Comme 20 Minutes, quoi.