VIDEO. Saint-Etienne-Rennes: Disputé à huis-clos, le match arrêté à cause de l'irruption d'ultras stéphanois

FOOTBALL Les dirigeants de l'ASSE sont allés à leur rencontre pour les calmer...

N.C.

— 

Des supporters stéphanois envahissent les tribunes de Geoffroy-Guichard lors de Saint-Etienne-Rennes, alors que le match se déroule à hui clos, le 23 avril 2017.
Des supporters stéphanois envahissent les tribunes de Geoffroy-Guichard lors de Saint-Etienne-Rennes, alors que le match se déroule à hui clos, le 23 avril 2017. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le match entre Saint-Etienne et Rennes, joué à huis clos, a été arrêté à la 18e minute de jeu en raison de l'entrée de dizaines de supporters dans le stade, dimanche après-midi lors de la 34e journée de Ligue 1. Les supporters, qui s'étaient rassemblés à l'extérieur du stade Geoffroy-Guichard, ont forcé l'entrée et se sont installés près du virage sud.

Dominique Rocheteau, conseiller sportif de l'ASSE, et le président Roland Romeyer sont allés à leur rencontre. «Il y a des stadiers, des gendarmes, des policiers. Ce n'est pas facile, mais malheureusement, si on répond... J'ai discuté avec le capo (leader des ultras, ndlr), c'est bon, ils quittent le stade, j'espère», a dit M. Romeyer sur beIN Sports.

Un quart d'heure plus tard, en effet, les supporters sont partis de la tribune où ils étaient installés. Et le match a pu reprendre. 

«On a expliqué la situation au délégué. Si on subira d'autres sanctions ? On verra avec la Ligue. C'est catastrophique. Un fait isolé et on nous prive de 30.000 supporters. Quand on voit tout ce qui s'est passé à Metz, à Bastia, chez nous ou à Lyon... Il faut d'abord arrêter les provocateurs en premier et on verra ce qui se passera. On en dira peut-être plus à la Ligue. J'en ai marre d'entrer dans un stade comme ça», a-t-il ajouté, visiblement au bord des larmes.

«Jouer dans ces conditions, c'est compliqué, a jugé l'entraîneur rennais, Christian Gourcuff, sur la même chaîne. C'est assez dramatique pour le foot. Tout le monde subit ça. A un moment donné, ça ne sera plus possible. Ce n'est pas évident de repartir.»