Boule de cristal: Les cheveux de Nadal, la lose de Sagan, Valbuena avec les Bleus... Ils vont faire leur retour en 2017

MULTISPORTS Vous les aviez enterrés voire oubliés? Ils seront de retour en 2017...

W.P.

— 

On les verra en 2017
On les verra en 2017 — SIPA

C’est écrit. Si 2016 a été l’année des disparitions, 2017 sera celle de la résurrection, des retours. Attendez-vous donc à voir ressurgir des sportives et sportifs que vous avez oubliés où en qui vous avez presque totalement perdu foi. Dans la limite du raisonnable (par exemple, un retour deRonaldinho au PSG avant de raccrocher les crampons, c’est non). De l’OM à Rafael Nadal en passant par Tiger Woods, 20 Minutes dresse la liste non exhaustive des come-back de l’année à venir.

>> A lire aussi : Rétrospective: Leicester, Pouille, Yoka... Les cinq grandes «hypes» de 2016

Les cheveux de Rafael Nadal : Face à la disparition progressive de ses cheveux, Rafa a décidé de prendre le taureau par les cornes. L’Espagnol est passé par la case greffe capillaire et il semblerait qu’il récolte les premiers fruits de cette opération. A Abu Dhabi, il est apparu avec un semblant de crinière. A Roland-Garros, ses longs cheveux soyeux seront de retour. Et sa force aussi. Samson Nadal.

Le français d’Unai Emery :  L’entraîneur du PSG avait suscité l’enthousiasme en parlant notre langue à son arrivée en France. Mais depuis, Emery stagne voire régresse depuis que les résultats sportifs ne tournent plus rond. Heureusement pour lui, Paris va reprendre sa marche en avant, ce qui lui laissera le temps de reprendre sa méthode Assimil.

L’équilibre d’Alberto Contador : Voilà trois ans que la poisse ne lâche pas El Pistolero. Contraint à l’abandon en 2014 et 2016 sur les routes du Tour de France en raison de chutes, Alberto ne peut pas éternellement jouer de malchance. Cette année, l’Espagnol ne mordra pas la poussière et ses rivaux n’auront qu’à bien se tenir. En revanche, ces deux petites roues supplémentaires à l’arrière du vélo risquent de ralentir l’Espagnol dans les cols…

La domination de Sébastien Loeb : Après une première année d’apprentissage où il a fait semblant de ne pas gagner afin d‘éviter de brusquer l’institution Dakar, le pilote français revient sur le sable sud-américain pour rouler sur la concurrence. Objectif à long terme : battre le record de Stéphane Peterhansel (6 victoires en auto).

La confiance de Di Maria : « Angel doit retrouver la confiance », n’a pas cessé de marteler Emery en 2016. Après 26 matchs consécutifs dont 24 mauvais, l’Argentin finira bien par retrouver foi en lui, reléguant le pauvre Julian Draxler sur le banc de touche en compagnie de Kevin Trapp, remplacé après une bonne séance d’entraînement d’Alphonse Areola.

Le boring Monaco :  Meilleure attaque de Ligue 1, meilleure attaque d’Europe, tout ça c’était bien gentil, mais on a senti fin 2016 que le tank monégasque arrivait à court de munitions. 2017 marquera le retour du boring Monaco. Celui qui bétonne et gagne 1-0. Au bout du compte, ça ne changera rien : l’ASM ira en quarts de C1 et finira deuxième de L1.

Mathieu Valbuena en équipe de France : Celle-là, tout le monde la voit venir à 20 kilomètres. Enorme depuis un mois et demi avec l’OL, petit vélo finira sa course dans la liste de Didier Deschamps au mois de mars. On est prêts à prendre les paris.

La lose de Peter Sagan : A l’inverse d’Alberto Contador, Peter Sagan a eu beaucoup trop de réussite ces 24 derniers mois. Deux fois champions du Monde, vainqueur du Tour des Flandres, premier du classement UCI, double-maillot vert sur le Tour… C’est écrit, Peto renouera avec les deuxièmes places après 170 km d’échappée.

La suprématie de Serena Williams : Un seul tournoi du Grand Chelem sur quatre en 2016, voilà qui est indigne de la reine du circuit. Serena le sait bien, et tâchera de montrer aux Kerber et autres Muguruza qui est la boss. Fin 2017, c’est elle qui siégera sur le trône du tennis féminin avec 2.000 points d’avance sur sa dauphine.

La patate de Ronda Rousey : « Elle va prendre maintenant sa retraite », a conseillé Amanda Nunes après avoir mis l’Américaine au tapis fin 2016. Sauf que non. La star du MMA se relèvera de ce nouvel affront pour retourner casser des figures et, qui sait, s’offrir une vengeance contre la Brésilienne.

Laporte à la tête du XV de France : Qu’il est malin, Bernard. Laisser une chance à Guy Novès à la tête du XV de France pour le voir conduire les Bleus à la cinquième place lors du Tournoi des VI Nations (mais en pratiquant un très beau jeu), le licencier et finalement reprendre le poste de sélectionneur. Machiavélique, mais efficace.

Le panache de Quintana : On attend encore l’attaque de Nairo Quintana sur le Tour de France 2016. Au fond de nous, on sait que le Colombien a décidé de garder son panache pour 2017. En revanche pas sûr qu’il en fasse étalage sur le Tour… Le Giro lui semble bien plus avantageux cette année. C’est vraiment pas de bol.

Les problèmes mentaux de Djokovic : Fin 2016. Alors qu’il marche sur le tennis mondial, Djokovic s’effondre a priori sans raison. On apprend alors qu’il côtoie une sorte de gourou, Pepe Imaz. Une relation responsable d’une chute qui se poursuivra en 2017. Cassages de raquette et craquages sur points décisifs sont à prévoir. Le tout, dans la joie et le bonheur de jouer au tennis.

Les groupies de Roger Federer : Ça y est, c’est officiel. Après cinq pénibles mois sans Roger Federer, les groupies du Suisse sortent de leur état léthargique pour défendre leur idole en tribune et sur les forums. Tant pis s’il est rincé ou s’il perd en 16es de finale de l’Open d’Australie contre Tomic, il restera à jamais « le meilleur de tous les temps ». Sans aucune discussion possible.

Les supporters de l’OM : En 2017, bye, bye les affluences dignes de Louis II au Vélodrome. L’OM champions project couplé au retour de Dimitri Payet feront revenir définitivement les supporters marseillais au stade, permettant à McCourt de se se faire enfin un peu d’argent grâce à la billetterie.

La touillette de Laurent Blanc Lolo White est actuellement en pleine année sabbatique. Mais on le reverra sans doute sur le banc d’une équipe européenne à partir de l’été prochain. Une vraie bonne nouvelle pour les adeptes de la machine à café au boulot et les membres de la team touillette.

Le driver de Tiger Woods : Le tigre a fait son grand retour fin 2016 aux Bahamas. Pas de victoire à la clé (15e à -4) mais une entrée en matière très encourageante. Bref, le driver de Woods risque de chauffer cette année.

Le pied tordu d’Eder : Des buts et un Euro donné à son pays. 2016 restera un ovni dans la carrière d’Eder. Habitué aux ratés à trois mètres des cages et aux sifflets du public portugais, l’attaquant lillois redeviendra ce qu’il a toujours été : un attaquant très moyen.

Le dos de Richard Gasquet : Cette année, Richard à tout fait pour que son dos le laisse tranquille. « J’ai fait pas mal de renforcement musculaire au niveau du bas du dos » nous avait confié le Biterrois en décembre. Le circuit ATP peut trembler.