PSG-Arsenal: Les six phrases qui prouvent que Paris peut s'en vouloir d'avoir (peut-être) déjà perdu la première place

FOOTBALL Les Parisiens ont laissé filer deux points contre les Gunners mardi (1-1)...

Romain Baheux

— 

Marquinhos, déçu lors du match entre le PSG et Arsenal le 13 septembre 2016.
Marquinhos, déçu lors du match entre le PSG et Arsenal le 13 septembre 2016. — Christophe Ena/AP/SIPA

Dans trois mois, le PSG y repensera peut-être. Si le 12 décembre, il se pointe au tirage au sort dans la peau d’un deuxième de poule tremblant à l’idée d’hériter d’un gros en huitième, on repensera à ce nul contre Arsenal (1-1). On se rappellera des occasions ratées d’Edinson Cavani. On se souviendra de toutes ces phrases lâchées après la première d’Unai Emery avec Paris en Ligue des champions. Toutes ces phrases qui montrent que les Parisiens peuvent se flageller sur la pelouse du Camp des Loges après ce petit point pris

« On est heureux, compte tenu du scénario du match et de leur nombre d’occasions. » Olivier Giroud

« C’est un bon point pour nous, c’est une bonne chose de ne pas perdre ici. » Arsène Wenger

Ce qu’il faut en penser : Quand le coach et l’un des joueurs de ton adversaire, qui plus est ton concurrent majeur dans la course à la première place du groupe, ça sent quand même la bien mauvaise opération. OK, rien n’est encore fini, dans la mesure où le PSG a parfaitement les moyens de s’imposer à Londres et peut miser sur un faux pas des Gunners contre Bâle et Ludogorets Rzagrad. Mais quand l’attaquant français d’Arsenal a lâché en prime un « ça n’aurait pas été un scandale de voir Paris gagner », on a vu dans ses yeux la lueur narquoise du mec bien content de son coup.

« On s’est créé pas mal d’occasions, on a marqué qu’un but, c’est frustrant. » Adrien Rabiot.

« On a montré de belles choses, on aurait peut-être mérité mieux. » Alphonse Areola.

« J’assume mes responsabilités. » Edinson Cavani.

Si Unai Emery était « content du résultat », on a eu beaucoup plus de mal à tirer un tel positivisme de la bouche de ses hommes. En zone mixte, les Parisiens retenaient surtout les occasions manquées contre des Gunners pas en grande forme. Buteur d’entrée mais très maladroit ensuite, Edinson Cavani a eu la classe de ne pas fuir les critiques de la presse. Mais bon, ça ne ramènera pas les deux points ça.

« On aurait pu gagner en mettant quatre buts mais c’est le foot, désolé de ne pas contrôler le résultat. » Nasser Al-Khelaïfi.

Non c’est sûr, mais le président du PSG peut légitimement l’avoir mauvaise, même s’il s’est astreint à son rôle d’éternel optimiste devant la presse. Sachez aussi que le dirigeant qatari est très fier « de l’équipe, des joueurs, et du coach ». A qui on suggère de trouver un moyen de faire marquer ces quatre buts à ses hommes.