Euro 2016: «Tout le monde devrait la fermer sur Cristiano Ronaldo ce soir», sourit Nani

FOOTBALL Nani a rendu hommage ce mercredi à son partenaire d'attaque, auteur de deux buts et d'une passe décisive pour sauver le Portugal contre la Hongrie (3-3)...

Jérémy Laugier
— 
Cristiano Ronaldo et Nani ont parfois montré leur complémentarité ce mercredi au Parc OL.
Cristiano Ronaldo et Nani ont parfois montré leur complémentarité ce mercredi au Parc OL. — FRANCISCO LEONG / AFP

A Lyon,

Cristiano Ronaldo a beau l’avoir pourri dès la huitième minute de jeu ce mercredi en raison d’une action en solitaire, Nani a tenu à souligner l’apport crucial du triple Ballon d'or face à la Hongrie (3-3). « Nous nous étions promis d’enfin marquer des buts et on sait tous ce que Cristiano est capable de réussir. Tout le monde devrait la fermer ce soir sur Cristiano », sourit l’attaquant du Fenerbahçe, qui a profité d’une passe décisive de sa part pour égaliser (1-1, 42e).

Sans surprise, les louanges ont plu comme jamais après ce nul ultra spectaculaire qui a vu l’attaquant du Real Madrid tout tenter pour sauver sa sélection, virtuellement éliminée de l’Euro pendant plus d’une demi-heure au total au Parc OL. « Cristiano doit marquer car c’est un buteur, un gagnant. Il se nourrit de buts. C’est déterminant pour lui de marquer et il sera encore plus en confiance contre la Croatie », a notamment commenté son sélectionneur Fernando Santos, admiratif.

>> A lire aussi: Enfin «on fire», Cristiano Ronaldo qualifie le Portugal à l’arraché

L’heure du ketchup a sonné pour lui

Métamorphosé par rapport à son dernier match cauchemardesque contre l’Autriche (0-0) durant lequel il avait surtout frappé un penalty sur le poteau, Cristiano Ronaldo était en jambes et vite en feu. « Vous ne pouvez pas toujours contrôler un joueur de classe mondiale comme lui », a constaté le sélectionneur de la Hongrie Bernd Stock. « C’était un match un peu fou et nous avons failli être éliminés à trois reprises », retient le héros de la soirée.

Alors oui, les trolls de la star n’oublient pas ce mercredi de rappeler sa mauvaise prédiction concernant le parcours de l’Islande, qui ne devait « rien faire » dans ce tournoi en raison de sa « petite mentalité ». Les rafraîchissants Islandais ont certes chipé sur le fil la deuxième place du groupe F au Portugal. Mais nul doute que ce Ronaldo-là sera capable de faire frémir ses détracteurs contre la Croatie samedi (21 heures) en huitièmes de finale, et même peut-être plus tard encore. Après tout, il a bel et bien remis la main sur son ketchup ce mercredi.