Euro 2016: Enfin «on fire», Cristiano Ronaldo qualifie le Portugal à l’arraché

FOOTBALL Au terme du match le plus dingue de cet Euro contre les Hongrois, le Portugal n’a obtenu sa qualification ce mercredi qu’en tant que meilleur troisième. La Croatie sera sur son chemin en 8e de finale…

Jérémy Laugier
— 
Avec une passe décisive pour Nani puis un superbe doublé, Cristiano Ronaldo a sauvé le Portugal d'une élimination prématurée dans cet Euro.
Avec une passe décisive pour Nani puis un superbe doublé, Cristiano Ronaldo a sauvé le Portugal d'une élimination prématurée dans cet Euro. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

A Lyon,

A trois reprises et pendant plus d’une demi-heure au total, la sélection du dernier Ballon d'or a donc été virtuellement éliminée de l’Euro par un gardien de 40 ans jouant en jogging. Un incroyable constat prouvant que cette nouvelle formule de la compétition présente plus d’incertitudes qu’on aurait pu le craindre. Il faut dire que le Portugal n’avait encore pas grand-chose d’une équipe souhaitant « repartir le 11 juillet », ce mercredi face à la Hongrie (3-3) à Lyon. Cristallisant à la fois l’inefficacité et la frustration de la Seleção lors des deux premiers nuls contre l’Islande (1-1) et l’Autriche (0-0), Cristiano Ronaldo a signé un fracassant réveil.

Sa superbe talonnade pour égaliser à 2-2 (50e) va probablement faire le tour du monde, tandis que son coup de tête rageur (3-3, 62e) a définitivement qualifié son pays. Hyperactif durant toute la deuxième mi-temps après avoir en plus offert une passe décisive à Nani (1-1, 42e), le triple Ballon d'or a enfin été à la hauteur de son statut au meilleur moment à Lyon. Il n’avait pourtant eu besoin que de huit minutes ce mercredi pour confirmer sa nervosité matinale [le fameux lancer de micro d’un journaliste dans un étang] pour s’en prendre avec de grands gestes à Nani, coupable de l’avoir oublié sur un débordement.

Un huitième de finale délicat contre la Croatie

Si les hommes de Fernando Santos, finalement troisièmes du groupe F, veulent vraiment aller plus loin que ce huitième de finale contre la Croatie, il leur faudra drôlement monter en puissance. Entre une tête arrière dans l’axe manquée de Nani (0-1, 19e) et les deux frappes victorieuses déviées de Dzsudzsak (47e et 55e), les approximations défensives ont succédé au manque d’inspiration offensif des deux premières journées.

L’histoire retiendra que la Seleção a offert le plus grand match du tournoi jusque-là et que la légende Ronaldo a encore grandi à Lyon avec ces nouveaux buts, inscrits dans un quatrième Euro différent pour l’attaquant du Real Madrid. Pour autant, à l’image d’une séquence de passes à dix quasi humiliante et saluée par les « olé » du virage hongrois, les Portugais peuvent difficilement être fiers de finir troisièmes d’un groupe avec la Hongrie, l’Islande (2e) et l’Autriche.