Coupe du monde 2018: «Je me suis demandé s’il n’était pas en scooter», on a refait le match de Mbappé avec Thauvin et Griezmann

FOOTBALL Même ses coéquipiers ont été bluffés par la performance de Kyky Mbappé contre l'Argentine...

N.C.

— 

Mbappé en train de semer toute l'équipe d'Argentine.
Mbappé en train de semer toute l'équipe d'Argentine. — Ricardo Mazalan/AP/SIPA

De notre envoyé spécial à Istra,

On en avait déjà dit beaucoup sur lui samedi soir, mais quand on aime on ne compte pas. Alors on a remis ça dimanche matin, avec Florian Thauvin et Antoine Griezmann, venus en conférence de presse. Ce match de Kylian Mbappé mes aïeux, on ne sait pas si on en est bien remis, en fait. Cette cavalcade de folie qui amène le premier but, notamment, va rester longtemps. « Je lui ai donné un nouveau surnom, je l’appelle 37, parce qu’il a couru à 37 km/h », se marre Thauvin.

Le Marseillais a admiré ça depuis le banc. Il raconte : « On était choqué d’avoir ça ! Cette course de 50 mètres [plus 60-70, d’ailleurs], c’est incroyable. A un moment donné, je me suis demandé s’il n’était pas en scooter sur le terrain tellement il allait vite. Il a d’énormes qualités, il les exploite à fond, et nous on s’en réjouit, forcément ».

Quand il a été demandé ensuite à Griezmann s’il était surpris d’avoir assisté à ce récital, la réponse du numéro 7 des Bleus a été intéressante. « Surpris par sa pointe de vitesse, oui, mais surtout par sa tranquillité de jouer ce match. C’est un huitième de finale de Coupe du monde, il a 18 ans [19 plutôt mais ça change pas grand-chose], et le mec était là, tranquille, dans le vestiaire et le tunnel avant d’entrer sur le terrain. C’est surtout ça qui m’impressionne. »

Zen avant le match, Mbappé l’était également après. « Il était serein, comme après les autres matchs. Je n’ai pas vu de changement de comportement, note Thauvin. Franchement, bravo à lui. A son âge, mettre un doublé et provoquer un penalty en huitième de finale… C’est magnifique pour lui. » Il faut s’y habituer, avec celui-là, tout va très vite. Il y a juste deux ans, au moment où la France se préparait à atteindre la finale de l’Euro, lui marquait un doublé en finale de la Coupe Gambardella face à Lens.

Depuis, il a pris un peu de place dans le paysage. « De toute façon, vous comme moi, dès la première fois qu’on l’a vu on s’est dit "putain quel joueur !", avance Griezmann. Il confirme ce qu’on pense de lui. » Ce qu’il y a de beau, c’est qu’il n’est pas encore un produit fini. « Quand il va avoir encore plus envie de faire mal, qu’il ne fera des appels que vers le but, c’est là où il sera un top joueur », explique son aîné. Vivement.