Coupe du monde 2018: Viré par la Croatie, tricard au Milan AC… Nikola Kalinic, une saison en enfer

FOOTBALL L’ancien joueur de la Fiorentina a complètement raté son exercice 2017-2018, en club comme en sélection croate…

D. P. et N. S.

— 

L'attaquant de la Croatie Nikola Kalinic face à la Grèce, le 9 novembre 2017 au stade Maksimir de Zagreb.
L'attaquant de la Croatie Nikola Kalinic face à la Grèce, le 9 novembre 2017 au stade Maksimir de Zagreb. — Z. Zupan / Sportida / Sipa
  • Le sélectionneur croate a renvoyé Nikola Kalinic après son refus d’entrer en jeu face au Nigeria.
  • Connu pour son fort caractère, l’attaquant a déjà vécu une saison très compliquée avec le Milan AC, qu’il a rejoint à l’été 2017.

On ne devrait jamais quitter Florence. Avec un recul d’un an, c’est peut-être ce que se dit Nikola Kalinic, l’ancien attaquant de la Fiorentina, au soir d’une saison en enfer. Sélectionné pour la Coupe du monde en Russie, le joueur de 30 ans, en difficultés cette saison au Milan AC, est rentré au pays bien plus tôt que prévu, dès lundi. Il a été renvoyé après avoir refusé d’entrer en jeu contre le Nigeria à la 85e minute.

« Il s’est échauffé mais n’a pas voulu jouer à cause de problèmes de dos, explique le sélectionneur Zlatko Dalic. C’était déjà arrivé lors du match amical contre le Brésil en Angleterre, puis dimanche à l’entraînement. » Désireux de « compter sur des joueurs en forme et prêts à jouer », Dalic s’est séparé de Kalinic.

« Au niveau des personnalités du foot croate, il y a une assez grande unanimité pour dire que Dalic a fait le bon choix, juge Cédric Maiore, alias @footcroate sur Twitter. Difficile quand même d’avoir la totale vérité sur cette histoire pour l’instant. Kalinic était parti pour être remplaçant de toute façon, il ne digère peut-être pas le nouveau rôle de Kramaric [Hoffenheim] en sélection. »

Un transfert à 25 millions d’euros

Barré aussi par Mario Mandzukic (Juventus Turin), l’ancienne star du FK Dnipro, en Ukraine, a également souffert de la concurrence au Milan AC qui l’avait recruté contre 25 millions d’euros à l’été 2017.

« Montella le voulait mais quand ce dernier a été viré et que Gattuso l’a remplacé [fin novembre] c’est devenu plus compliqué pour lui, détaille Matthieu Pianezze, rédacteur du site spécialisé CalcioMio. Il a été mis plusieurs fois en tribune et même pris en grippe par le public. Avant de rejoindre Milan, il restait sur deux belles saisons avec la Fiorentina. Il avait forcé la main du club pour partir. » Des obscures histoires de cambriolage et de blessures ou maladies plus ou moins simulées ont alors circulé.

Le temps du bonheur avec le jeune Patrick Cutrone.
Le temps du bonheur avec le jeune Patrick Cutrone. - A. Calanni / AP / Sipa

En Toscane (2015-2017), Kalinic a inscrit 12 puis 15 buts en Serie A. Contre six lors de l’exercice écoulé en Lombardie. « C’est plus un deuxième attaquant qu’un pur avant-centre, juge Massimo Franchi, journaliste pour le quotidien sportif italien Tuttosport. Il a aussi été victime de l’émergence de Patrick Cutrone ainsi que de la concurrence d’André Silva. C’est un joueur avec un fort caractère. »

Et forcément, les fortes têtes, « Rino » Gattuso n’aime pas beaucoup ça. « Il avait déjà fait un coup semblable [à celui en sélection] au Milan contre le Chievo Vérone, rappelle Cédric Maiore. Gattuso a jugé qu’il s’est mal entraîné et ne l’a pas convié au déplacement. » « Je suis surpris de ce qu’il a fait au Mondial, ajoute Matthieu Pianezze. Cela ne va pas arranger son image à Milan. »

Massimo Franchi embraie : « Ce n’est pas bon pour la réputation du joueur, ni pour celle du Milan AC, note le reporter de Tuttosport. On parle d’un grand club qui a gagné sept C1. Seul le Real Madrid a fait mieux (13). » Empêtrés dans des soucis de fair-play financier au niveau européen, les Rossoneri verraient d’un bon œil un départ de Kalinic, dont le nom avait circulé du côté de Marseille l’été dernier.

Grosse galère.
Grosse galère. - A. Calanni / AP / Sipa

Mais au fait, y a-t-il un « avocat » pour défendre l’attaquant croate, accusé de toutes parts ? 20 Minutes en a trouvé un, en la personne de Carlos Freitas, le directeur sportif portugais de la Fiorentina.

« Nikola Kalinic est resté deux ans au club. Je l’ai seulement connu lors de sa deuxième saison [2016-2017]. Il a toujours été exemplaire sur et en dehors du terrain. C’était un joueur calme, pro. Je suis étonné par ce qui s’est passé car on n’a jamais eu de soucis de comportement avec lui. Oui, il a décidé de quitter la Fio… Il avait beaucoup donné au club et la Fio lui avait beaucoup donné. »

C’était il y a un an, il y a un siècle, il y a une éternité, pourrait chanter Kalinic, s’il connaissait Joe Dassin.