Coupe du monde 2018: En plein Mondial, les représentants de l'Atlético déboulent à Istra pour prolonger Grizou (mais pas que)

FOOTBALL L’Atlético Madrid a tenu à faire le déplacement pour régler deux-trois dossiers chauds…

A.L.G.

— 

Antoine Griezmann à l'entraînement avec l'équipe de France, le 12 juin 2018.
Antoine Griezmann à l'entraînement avec l'équipe de France, le 12 juin 2018. — FRANCK FIFE / AFP

Si le camp de base de l’équipe de France est un bunker dans lequel il est difficile de pénétrer (demandez au président de la Fédé, Noël Le Graët ce qu’il en pense, lui qui n’a pas été autorisé à y entrer en début de Mondial), il faut croire que certains ont des passe-droits. Comme les dirigeants de l’Atlético Madrid par exemple.

Lundi soir, en effet, une délégation des Colchoneros a fait le déplacement à Istra afin de faire signer à Antoine Griezmann sa prolongation de contrat (Grizou est désormais lié au club jusqu’en 2023). Ils en ont profité pour faire de même avec Lucas Hernandez (2024) et pour finaliser le transfert de Thomas Lemar, puisqu’un accord définitif a été trouvé avec l’AS Monaco pour un transfert à hauteur de 72 millions d’euros.

Il ne reste plus qu’au futur ex-Monégasque à passer sa visite médicale et l’affaire sera bouclée. Hé oui, c’est aussi ça la Coupe du monde dans le foot moderne : on se prépare pour les matchs à venir (jeudi avec France-Pérou) et on règle son avenir par la même occasion. Etait-ce vraiment nécessaire de signer ces contrats en plein Mondial ? Telle est la question.