Coupe du monde 2018: «La France n’aime pas quand elle n’a pas le ballon», les Péruviens nous connaissent mal dites-donc

FOOTBALL Les Péruviens croient en leur chance avant d’affronter l’équipe de France pour le 2e match de poule…

J.L.

— 

Miguel Trauco, l'arrière-gauche péruvien.
Miguel Trauco, l'arrière-gauche péruvien. — Jack GUEZ / AFP

De notre envoyé spécial à Moscou,

Français, Françaises, soyez rassurés. Il ne peut rien se passer de fâcheux contre le Pérou. Comment craindre des garçons qui pensent que «la France est une équipe qui n’aime pas quand elle est privée de ballons», dixit Miguel Trauco, le latéral gauche de la Blanquirroja. Mais mon grand, c’est précisément le contraire : on adore quand on n’a pas le ballon, de toute façon on ne sait pas quoi faire avec !

Blague à part, on s’est pointés à la conf du Pérou pour tâter le terrain avant le match contre les Bleus jeudi. Hélas, la prestation indigente des DD boys n’est pas passée totalement passée inaperçue chez nos amis du Machu Pichu. Des collègues perfides ont même demandé si le match n’allait pas être un peu plus facile que prévu face au supposé « monstre » tricolore. Feinte dans laquelle n’a pas mordu ce bon Miguel, même s’il a vu des fissures (et comment) dans le bloc adverse.

« Le monstre que tu évoques, c’est dans la tête. L’Australie a fait un grand match contre la France, il faut l’avoir en tête même s’il faut jouer ce match en accord avec nos intentions. L’équipe de France a des individualités extraordinaires, des joueurs comme Mbappé ou Pogba qui peuvent être discrets et changer la face du match en une action, mais on a nos chances. Pour l’instant, cette Coupe du monde démontre que toutes les sélections ont grandi sur le plan footballistique, ce ne serait pas une surprise si on battait la France ».

Un peu quand même si le Pérou se montre aussi dispendieux en attaque que contre les Danois, contre qui une bonne dizaine d’occasions nettes n’a pas suffi à planter ce premier but en Coupe du monde. La présente, ou non, de Guerrero, est un enjeu majeur. Il n’était pas assez au point physiquement pour être titulaire contre le Danemark, mais sa rentrée a presque tout changé. Sera-t-il aligné d’entrée pour faire des misères à Varane et Umtiti ? Confidence d’un collègue péruvien : L’ancêtre est apparu rodé et très adroit lors de la dernière séance d’entraînement programmée par Ricardo Gareca. Avec lui, ce ne serait pas la même chanson.