Groupe E : les favoris au rendez-vous

©2006 20 minutes

— 

L'Italie a réussi une entrée convaincante dans le Mondial-2006 de football (groupe E) en battant (2-0) une équipe du Ghana pleine d'entrain mais trop souvent brouillonne, lundi à Hanovre.
L'Italie a réussi une entrée convaincante dans le Mondial-2006 de football (groupe E) en battant (2-0) une équipe du Ghana pleine d'entrain mais trop souvent brouillonne, lundi à Hanovre. — François-Xavier Marit AFP

L'Italie (2-0 face au Ghana) et la République tchèque (3-0 contre les Etats-Unis) ont réussi leur entrée en matière hier. Opposés au Ghana dans la soirée à Hanovre, les Italiens se devaient de débuter la compétition par une victoire, chose réussie jusque-là par tous les favoris. Après un début de match équilibré, la libération intervenait sur un but d'Andrea Pirlo, auteur d'un tir croisé qui trompait Richard Kingston (39e). Dès lors, fidèles à leurs traditions, les Transalpins géraient parfaitement cet avantage, et les joueurs de Marcello Lippi attendaient patiemment les offensives africaines pour placer quelques contres bien sentis. Ainsi, en fin de match, Vincenzo Iaquinta bénéficiait d'une passe en retrait hasardeuse de Sammy Kuffour et venait mettre un terme aux espoirs ghanéens après avoir dribblé le gardien (84e).

Pour son premier match en phase finale de Coupe du monde depuis son indépendance, la République tchèque a frappé fort. Vainqueurs des Etats-Unis (3-0), hier à Gelsenkirchen, les hommes de Karol Bruckner se sont emparés avec brio de la tête du groupe E. « Les Tchèques ont profité de chacune de nos erreurs, ils nous ont punis », constatait amèrement l'entraîneur américain Bruce Arena. Surpris d'entrée par un coup de tête rageur du géant Jan Koller (5e), ses joueurs, volontaires mais brouillons, ne se sont pas remis du deuxième but, un bijou de Tomas Rosicky. Le futur stratège d'Arsenal récupérait le ballon à 25 mètres et décochait une splendide frappe qui ne laissait aucune chance au gardien adverse (37e). Elu homme du match, Rosicky, lancé plein axe par Pavel Nedved, clôturait le score (76e). La sortie sur une civière de Koller en fin de 1re mi-temps gâchait toutefois la fête, côté tchèque. « La seule chose négative de cette rencontre, c'est la blessure très grave de Jan », avouait Bruckner.

J. Alen