PSG: Diego Lugano, un nouveau Gabriel Heinze pour les Parisiens?

FOOTBALL Le capitaine de l'Uruguay devrait s'engager dans les prochaines heures au PSG...

A.M.

— 

Diego Lugano avec l'équipe nationale uruguayenne, le 23 juillet 2011, à Buenos Aires.
Diego Lugano avec l'équipe nationale uruguayenne, le 23 juillet 2011, à Buenos Aires. — REUTERS/Andres Stapff

L’importance d’un joueur se mesure aussi à la qualité des adieux qu’il reçoit. Ce week-end, Diego Lugano a quitté Fenerbahçe, où il officiait depuis cinq ans. Le défenseur uruguayen a pris la direction du PSG (qui n’a pas encore officialisé la nouvelle), et son ancien club s’est permis une poussée d’émotion qu’on a rarement vu en pareille circonstance. «Nous n’oublierons jamais la sueur qu’il a versée pour nos couleurs, son énergie illimitée sur le terrain et son courage. Que Dieu te protège», balance un communiqué du club turc. Sans oublier son départ à l’aéroport d’Istanbul, qui ressemble plus à celui d’une rockstar, mais dont les seuls tatouages seraient les prénoms de ses trois enfants. 

 

L’accueil a sans doute été moins chaleureux à son arrivée en France, même si quelques fans du «Fener» l’ont accueilli à Roissy. Le PSG a pourtant fait un gros coup. Méconnu en France, il va apporter plus que son indéniable talent de stoppeur. A 30 ans, il a disputé deux Coupes du monde (2006, 2010), et remporté une Copa Libertadores. Et «Tota», comme on l’appelle chez lui, et le genre de type à devenir capitaine à tout juste 20 ans. Un profil rare dans le vestiaire d’Antoine Kombouaré depuis les retraites de Claude Makelele et Grégory Coupet. Pour ne rien gâcher, il sait aussi marquer: avec huit buts la saison passée en Turquie, il a devancé tous les autres défenseurs.

«Les nouveaux propriétaires prétendent créer un autre Manchester United au Paris Saint-Germain»

Courtisé par la Juventus de Turin, il rejoint la capitale pour deux saisons et 3,5 millions d’euros. «Ici, il y a un grand défi et c’est ce que je souhaitais. Pas seulement ne pas perdre au niveau économique, mais aussi y gagner sportivement. Les nouveaux propriétaires prétendent créer un autre Manchester United au Paris Saint-Germain», raconte le joueur à Ovacion. Reste à savoir s’il sera plus Gabriel Heinze que William Prunier.