Primes: Le camp Domenech fait une mise au point

FOOTBALL Après la tentative de conciliation de jeudi...

R.S.

— 

L'ancien sélectionneur de l'équipe de France, Raymond Domenech, lors d'un entraînement des moins de 11 ans de l'Austria Vienne, le 15 janvier 2011.
L'ancien sélectionneur de l'équipe de France, Raymond Domenech, lors d'un entraînement des moins de 11 ans de l'Austria Vienne, le 15 janvier 2011. — R.Van BAkel/AFP

Le combat juridique que Raymond Domenech mène contre la fédération ne se résume pas à une affaire d’argent. C’est ce que le conseiller en communication de l’ancien sélectionneur s’efforce de répéter depuis le début de la procédure. Après la tentative de conciliation ratée de jeudi, Pascal Irastorza, a regretté que certains résument «un licenciement abusif et l'utilisation d'un seul salarié comme bouc émissaire à une stricte affaire d'argent».

Ces propos se réfèrent à ceux de la ministre des Sports Chantal Jouanno, pour qui Domenech a perdu le sens des réalités en exigeant 2,9 millions d’euros de la fédé. Selon Irastorza, cité par l’AFP, «dans un autre domaine, dans une affaire d'espionnage montée de toutes pièces dans le domaine industriel (Renault), les sommes en cause pour réparer le préjudice des trois salariés concernés n'a suscité aucune réaction de ce type des représentants de l'Etat. Certains, au contraire, ayant espéré et souhaité une réparation exemplaire». Jeudi, Fernand Duchaussoy a quant à lui précisé que la fédération «ne paierait pas» Domenech, lors de l’audience de jugement du 13 janvier 2012.