Jeux olympiques 2018: Chantal Jouanno refuse le retrait du dossier d'Annecy

HIVER La nouvelle ministre des Sports veut que la candidature aille au bout...

B.V.

— 

Entrée en politique dans le sillage de Nicolas Sarkozy dont elle fut longtemps la "plume", Chantal Jouanno voit sa fidélité récompensée par l'attribution du portefeuille des Sports qui, après trois ans de dépendance à celui de la santé, redevient un ministère à part entière.
Entrée en politique dans le sillage de Nicolas Sarkozy dont elle fut longtemps la "plume", Chantal Jouanno voit sa fidélité récompensée par l'attribution du portefeuille des Sports qui, après trois ans de dépendance à celui de la santé, redevient un ministère à part entière. — Francois Guillot AFP

En France, on applique toujours la maxime du baron Pierre de Coubertin: l’important, c’est de participer. Pour l’organisation des JO 2018, le dossier d’Annecy n’a qu’une infime chance de l’emporter, encore plus après le retrait du directeur général de la candidature, Edgar Grospiron. Qu’importe: on va au combat la fleur au fusil. Chantal Jouanno, nouvelle ministre des Sports, a ainsi expliqué à Aujourd’hui en France/Le Parisien qu’un «retrait (de la canditature) est hors de question. Je souhaite rappeler que l’on défend l’image de la France. On doit conduire ce dossier jusqu’au bout et dans la dignité.» Certes.
 
«Surtout qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise candidature, poursuit-elle avant de se montrer plus incisive. Elle est sans doute inadaptée dans sa présentation. Mais retrouver un peu d’authenticité, ne pas confondre olympisme et grandiloquence reste une bonne chose.» Une bonne chose, mais qui n’a jamais fait gagner un vote à personne.