Michael Phelps: «Ma mère aimerait me voir nager plus souvent le 100m»

INTERVIEW La star de la natation mondiale va pouvoir se mesurer aux meilleurs sprinteurs lors de l’Open EDF...

Propos recueillis par Matthieu Payen

— 

Le multiple champion olympique Michael Phelps est l'une des têtes d'affiche de l'Open d'EDF qui se déroule le 26 et 27 juin 2010
Le multiple champion olympique Michael Phelps est l'une des têtes d'affiche de l'Open d'EDF qui se déroule le 26 et 27 juin 2010 — Thibault Camus/AP/SIPA

Ecouteurs sur les oreilles, short, tongues et lunettes d’aviateur. Michael Phelps est détendu. Détendu mais pas impoli. Au moment d’aller à la rencontre des journalistes, l’homme aux 14 titres olympiques prend le soin de ranger ses écouteurs et affiche un large sourire. De sa voix grave, la grande star de l’Open EDF annonce modestement qu’il fera de son mieux dans les quatre épreuves sur lesquelles il sera engagé (100m nage libre, 200m nage libre, 200m quatre nages, 400m quatre nages) samedi et dimanche.



Vous allez disputez le 100m nage libre aux côtés des meilleurs spécialistes (Alain Bernard, César Cielo, Fabien Gilot). A quel niveau vous situez-vous?


Je n’en sais rien. C’est la première fois que je viens à Paris depuis 10 ans. Je sais qu’il y a beaucoup de grands compétiteurs face à moi et très franchement, c’est difficile de s’évaluer.

Lors de cette course, l’ambiance va être électrique…


Oui, ce sera la course la plus excitante du weekend. Ca devrait ressembler au relais 4x100m de Jeux de Pékin [les Américains l’avaient emporté d’un cheveu face aux Français]. Je suis allé voir le bassin hier [jeudi]. Avec tout ce public français fier de ses sprinteurs, ça va être chaud. Mais quelque soit l’ambiance, je sais que j’arrive toujours à me détendre et à me concentrer sur ce que je dois faire.



Faites-vous du 100m nage libre l’une de vos priorités?


Non, je n’ai pas de priorité. J’essaie de travailler du mieux possible toutes les nages. L’objectif pour moi étant cette année de me qualifier pour les championnats du monde de 2011. Mais ma mère me dit souvent qu’elle aimerait me voir nager plus souvent le 50m et le 100m nage libre.



Vous sortez d’un stage de préparation à Colorado Springs. Comme ça s’est passé?


C’était intense. Trois mots: nager, [se] muscler, dormir. J’avais trois séances de natation par jour et un autre de musculation. C’est un effort énorme, surtout en altitude. Après un début de saison mitigé, l’Open EDF va me permettre de voir si ces efforts paient.