Mondial de basket : « C’est un peu la honte », déclare Tony Parker après le « fiasco » des Bleus

BASKET L’ancien meneur de l’équipe de France n’a pas été tendre avec les Bleus après leur élimination dès le premier tour du Mondial de basket

Aymeric Le Gall
Tony Parker lors de son intronisation au Hall of Fame en août dernier.
Tony Parker lors de son intronisation au Hall of Fame en août dernier. — Getty Images via AFP

Rangé des voitures et des parquets, le retraité Tony Parker a été fortement marqué par l’élimination de l’équipe de France lors du premier tour du Mondial 2023. Si les Bleus de Vincent Collet ont fini par remporter leurs trois derniers matchs, histoire de ne pas sortir totalement ridicule d’une compétition qu’ils aspiraient gagner, les deux premiers revers synonymes d’élimination en phase de poule, contre le Canada et la Lettonie, n’ont pas du tout été du goût de l’ancien meneur tricolore.

« Là, on a vraiment vécu un fiasco, a-t-il lâché sur RMC. J’en ai parlé longtemps avec Nicolas Batum, on a parlé pendant une heure au téléphone, et c’est vrai que c’est très très décevant. Ce n’est pas normal qu’une telle équipe perde au premier tour. On a jamais vu l’Espagne et les États-Unis sortir au premier tour. Et c’est dommage, parce que notre génération a travaillé tellement dur pour ramener la France à un certain niveau, pour qu’on se fasse respecter, par la Fiba, les arbitres, les autres pays. C’est tellement dur d’avoir du respect. La Lettonie a fait un super match, ils ont mis des tirs de fou, mais ce n’est pas normal, c’est quand même un peu la honte. »


Des choix forts à faire pour les JO

L’ancienne gloire des Spurs s’est ensuite projetée sur les prochains JO 2024, à Paris, invitant les Bleus à « ne surtout pas paniquer ». Pour lui, remettre en cause le sélectionneur à un an du grand rendez-vous parisien serait « stupide ». Mais il attend tout de même du staff tricolore qu’ils prennent les bonnes décisions pour ne pas se rater à la maison dans moins d’un an.

« Ils vont avoir de gros choix à faire, a-t-il prévenu. Si tu ramènes des gros joueurs comme Joël Embiid, Victor [Wembanyama], il faut que ce soit complémentaire avec le reste car cela pourrait signifier le départ de certains cadres, ce qui peut faire les gros titres. Il faut améliorer l’équipe, il faut des changements, mais ça ne va pas être facile. »