Coupe du monde 2022 : Des violences éclatent à Bruxelles en marge du match Maroc-Belgique

INSECURITE A l’issue du match remporté par le Maroc, « des dizaines de personnes ont cherché la confrontation avec les forces de l’ordre », selon la police

20 Minutes avec AFP
— 
La police a annoncé avoir procédé à onze arrestations lors des violences qui ont éclaté à Bruxelles après le match opposant la Belgique au Maroc à la Coupe du monde de football (illustration).
La police a annoncé avoir procédé à onze arrestations lors des violences qui ont éclaté à Bruxelles après le match opposant la Belgique au Maroc à la Coupe du monde de football (illustration). — G. Durand / 20 Minutes

Des violences ont éclaté dimanche à Bruxelles après la victoire du Maroc contre la Belgique (2-0) à la Coupe du monde de football, quelques « dizaines de personnes » s’en prenant aux forces de l’ordre et incendiant une voiture et du mobilier urbain. La police a fait état d’un retour au calme à partir de 19 heures et a annoncé avoir procédé à onze arrestations dans la capitale, dont une personne placée en garde à vue.

Ces incidents ont éclaté en marge de rassemblements spontanés de centaines de supporteurs du Maroc qui ont brandi des drapeaux et tiré des feux d’artifice de façon pacifique, alors que de nombreuses voitures klaxonnaient.

Métro fermé et rues bloquées

Avant même la fin du match, dans le centre-ville, « des dizaines de personnes, dont une partie cagoulée, ont cherché la confrontation avec les forces de l’ordre, ce qui a compromis la sécurité publique », a expliqué la police. Elle a fait état d’utilisation de matériel pyrotechnique, de lancers de projectiles, de manifestants armés de bâtons, d’un incendie sur la voie publique et de la destruction d’un feu de signalisation.

« Un journaliste a été blessé au visage par des feux d’artifice », toujours selon la police qui a alors décidé d’intervenir avec un canon à eau et des gaz lacrymogènes. Une centaine de policiers, qui ont essuyé des jets de projectiles, étaient mobilisés dans cette intervention. Un hélicoptère de surveillance a survolé la ville. Des stations de métro et tramway ont en outre été fermées et des rues bloquées pour limiter les attroupements.

A Liège (est), une cinquantaine de personnes ont attaqué un commissariat, brisant des vitres et endommageant deux véhicules de police. Les forces de l’ordre sont là aussi intervenues avec un canon à eau. Des devantures de magasin et un abribus ont été vandalisés. Des incidents ont également eu lieu à Anvers (nord) où une dizaine de personnes ont été arrêtées.