OL : L’officialisation du rachat du club par l’Américain Textor différée

FOOTBALL OL Groupe a évoqué vendredi des étapes techniques à finaliser avant que le club ne passe officiellement sous pavillon américain

20 Minutes avec AFP
— 
John Textor et Jean-Michel Aulas en conférence de presse le 21 juin 2022.
John Textor et Jean-Michel Aulas en conférence de presse le 21 juin 2022. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Il faudra patienter encore un peu avant que l’OL passe définitivement sous pavillon américain. L’officialisation de la prise de contrôle d’OL Groupe, la holding qui chapeaute l’Olympique lyonnais par le milliardaire américain John Textor a en effet été différée, le groupe évoquant vendredi des étapes techniques encore à finaliser.

« La société informera le marché dès que ces discussions auront abouti et qu’une nouvelle date aura été fixée. Ces discussions devraient aboutir dans les tout prochains jours », précise un communiqué d’OL Groupe au sujet de cette prise de contrôle valorisée à près de 800 millions d’euros.


Selon le groupe, il reste « aux parties à finaliser dans les prochaines semaines la documentation juridique, notamment pour les principaux financements d’Eagle Football, et les étapes mécaniques nécessaires à la bonne réalisation de l’opération, de telle sorte que la réalisation de l’opération ne pourra intervenir le 30 septembre 2022, comme initialement prévu ».

Textor s’entoure d’investisseurs de poids

Au travers de la société Eagle Football Holdings LLC, John Textor doit acquérir la totalité des actions et la moitié des Osranes (obligations convertibles en actions pour financer la construction du Groupama stadium) détenues par Holnest - la holding de la famille Aulas –, plus la totalité des actions et des Osranes détenues par Pathé et le fonds d’investissement chinois IDG Capitals. Holnest détient 27,72 % du capital. Pathé et IDG qui ont respectivement 19,36 % et 19,85 % avaient annoncé le 9 mars vouloir céder leurs parts en mandatant pour cela la banque Raine.

Toutefois, pour financer l’opération, Textor, qui doit prendre dans un premier temps 79 % des parts contre 8 % pour Holnest, ne vient pas seul. L’homme d’affaires américain s’est appuyé sur des investisseurs comme James Salter (propriétaire d’une trentaine de marques comme Reebok et Sports illustrated) et Bill Foley (patron du club de hockey sur glace de Las Vegas). John Textor est déjà présent au capital du club londonien de Crystal Palace et actionnaire majoritaire de Botafogo, au Brésil, et du RWD Molenbeek (2e div. belge).

Ares en renfort

De récents doutes avaient été soulevés dans les médias, notamment après que la part de financement de Foley eut été refusée par les banques. Mais un nouvel investisseur très puissant s’est engagé dans le rachat. Il s’agit d’Ares Credit Group, l’une des quatre unités de la société d’investissement alternatif américaine Ares Management Corporation, qui a pris en 2021 une participation dans l’Atlético Madrid.

« Il ne faut pas laisser penser que les choses pourraient ne pas se faire. L’accord signé est un accord ferme sans condition suspensive depuis le début. (…) Rien ne suscite d’interrogations », a répété Jean-Michel Aulas dans un entretien à L’Equipe le 20 septembre.

L’accord prévoit aussi une augmentation de capital de 86 millions d’euros destinée au désendettement et, pour une autre partie, au secteur sportif, actée par l’AGE de juillet. Au terme du processus, l’OL, septuple champion de France, deviendra le onzième club français racheté par un investisseur étranger, même si Jean-Michel Aulas, à la tête du club depuis 1987, restera président exécutif dans le cadre d’un contrat de trois ans.