OM - Francfort : Trop timorés, les Marseillais s'inclinent et se retrouvent déjà largués en Ligue des champions... Revivez ce revers (0-1) avec nous

FOOTBALL Déjà battu par Tottenham la semaine passée, l'Olympique de Marseille s'est montré décevant ce mardi contre l'Eintracht Francfort (0-1). Les hommes d'Igor Tudor sont derniers de leur groupe de Ligue des champions et loin du niveau C1 jusque-là

Jérémy Laugier
— 
Nuno Tavares a été l'un des rares Marseillais un peu remuants, en première période ce mardi contre Francfort.
Nuno Tavares a été l'un des rares Marseillais un peu remuants, en première période ce mardi contre Francfort. — NICOLAS TUCAT / AFP

L'ESSENTIEL

  • Six jours après sa défaite contre Tottenham à Londres (2-0), l'Olympique de Marseille n'a pas su rebondir, ce mardi, pour son premier match de Ligue des champions de la saison contre l'Eintracht Francfort, tenant du titre en Ligue Europa. 
  • Le match a tourné à l'avantage des Allemands (0-1), presque logiquement au vu des difficultés affichées par l'OM à se hisser au niveau de la C1. Voilà la bande à Igor Tudor dernière de son groupe (0 point et 0 but inscrit), déjà très loin du Sporting Portugal (6 points), et même de Tottenham et de Francfort (3 points). 
  • Voici la feuille de match :

OM : Lopez - Balerdi, Bailly (Guendouzi, 65e), Kolasinac (Kaboré, 82e) - Clauss, Rongier, Veretout, Tavares - Payet (Under, 59e), Gerson (Harit, 59e) - Sanchez (Suarez, 59e). 

Eintracht Francfort : Trapp - Tuta, Hasebe, Ndicka - Jakic (Chandler, 79e), Kamada (Dina Ebimbe, 88e), Sow, Knauff - Lindström (Borré, 79e), Götze (Rode, 71e) - Kolo Muani (Alario, 88e).


07h14 : Vous pouvez aussi désormais noter les joueurs comme on vous le suggérait directement par ici.



02h56 : Et voici le debrief express de cette défaite de l'OM contre Francfort :



23h07 : Et voilà, pas d’autres réactions pour le moment côté marseillais. Adrien prendra le relais à Marseille avec débrief vidéo et sujets retour. N’oubliez pas de venir noter les joueurs marseillais demain matin (on sent que certains vont prendre cher). Allez, concernant les lives, rendez-vous demain pour le quart de finale de l’Eurobasket entre la France et l’Italie à 17h15. En attendant, on sent que vous allez vous mettre le CR Canal + d’un petit Barça-Bayern (nous aussi, tiens donc). La bise.
23h02 : Tout le Vélodrome a l’air sonné par ce match vraiment décevant d’une équipe qui nous a pourtant bien emballés dans ce début de saison. Franchement, même la troisième place qualificative pour la Ligue des champions va être rude à aller chercher désormais, avec déjà 6 points de retard sur le surprenant Sporting Portugal, et 3 sur Tottenham et l’Eintracht Francfort. Les stats sont révélatrices du match marseillais : de la possession (61%) mais rien de bien tranchant devant (8 tirs à 14, 4 tirs cadrés à 7). Alors, ce « beau visage » cher à Veretout, vous l'avez perçu ainsi, vous ?



22h57 : La première réaction est pour le milieu de l’OM Jordan Veretout : « On a montré un beau visage [euuuuuuuh ?] mais la première période n’est pas suffisante. Il ne faut pas tout jeter non plus mais continuer à bosser car c’est compliqué dans cette Ligue des champions. On a été chercher cette équipe encore plus haut en deuxième période mais on n’a pas réussi à marquer ce but pour enflammer le stade. On n’est pas loin de pouvoir exister en Ligue des champions ». Si près, si loin, comme la semaine passée contre Tottenham, on a envie de dire Jordan.




90e+6 : Et voilà, ça se conclut sur cette victoire allemande qui n’est pas imméritée. Il a manqué de la folie mais aussi de la justesse technique dans cette première soirée de C1 dans un Vélodrome plein depuis longtemps.
90e+4 : Oooooooooh on a cru au penalty en faveur de l’OM ! Mais non, Sow a touché le ballon juste avant Harit. Il y a eu choc entre les deux en pleine surface allemande, après une rare poussée marseillaise. Mais l’arbitre a pris la bonne décision, la faute était d’Harit. Dur dur dur…
90e : Six minutes de temps additionnel, l’une des rares bonnes nouvelles pour l’OM en deuxième période. Mais franchement, on ne voit pas comment les Marseillais, de nouveau en manque d’énergie/d’idées/d’enthousiasme, pourraient arracher ne serait-ce qu’un nul.
84e : Cette fin de match est hachée avec de nombreuses fautes de l’Eintracht, ça ne sent vraiment pas bon pour l’OM cette affaire. Il n’y a plus du tout d’occase depuis le gros loupé de Suarez. Alors qu'on découvre les images assez folles du « feu d'artifice » projeté par des Marseillais en direction du parcage allemand. Ca n'est pas sans nous rappeler ce bien triste ASSE-AJA cette affaire-là. Et sans doute des sanctions UEFA à venir, comme la saison passée, contre l'OM.




80e : Oooooooh le but de l’excellent Kamada, au bout d’un contre rondement mené par Francfort, et lancé par l'inévitable Kolo Muani. Il y a un doute sur un hors-jeu possible au départ du Japonais. Il semblait quasi couvert par Balerdi, mais le VAR annule ce but. L’OM s’en tire très très bien sur ce coup. Pendant ce temps, de la pyrotechnie jaillit de partout au dessus de la tribune de supporteurs de l'Eintracht.




75e : Gracias Pau Lopez ! Le gardien de l’OM se montre décisif, lui aussi du pied, devant Kolo Muani, qui avait embarqué Balerdi d’un joli crochet. Marseille est vraiment au bord du gouffre, à voir comment ça va tourner dans le « money time ».
71e : Mario Götze, qui a traversé le match très discrètement, est sorti. Et vous, vous faisiez quoi le 13 juillet 2014 ?
70e : Nooooooooooooooooooooon, t’as pas le droit Luis Suarez de saucissonner de la sorte une occase XXXXXXXL !!!!! Cengiz Under régale tout en percussion sur le côté droit, et après un une-deux avec Harit, il sert idéalement en retrait le Colombien. Mais celui-ci s’emmêle complètement : il veut reprendre du droit mais le ballon ricoche sur son pied gauche. C’est pas possible un tel loupé technique dans un moment si chaud de C1.
67e : Olala la parade de Kevin Trapp !!!! Luis Suarez s’est arraché comme pas possible pour déborder et signer un centre-tacle, ça revient sur Rongier qui bute sur un arrêt à la « Titi » Omeyer de Trapp. Quel dommage, c’était loin la meilleure occase de l’OM en deuxième période.




65e : Changement forcé cette fois-ci car Bailly a l’air de se traîner une blessure musculaire. Il n’en peut plus et est remplacé par Guendouzi. Autant vous dire que ça entraîne 25 changements tactiques : Tavares passe en défense centrale, Rongier piston droit et Clauss piston gauche.
62e : Il amène un sacré peps depuis son entrée en jeu, Amine Harit, c’est bon ça !
60e : Et bah voilà un nouveau visage avec plus de folie : Suarez et Harit se battent comme pas possible, le ballon revient sur Clauss qui frappe du gauche. C’est sans danger pour Trapp, mais au moins on a droit au premier tir cadré de l’OM depuis la reprise. Et ça nous permet d’imaginer un peu plus une fin de match de folie.
59e : Et bim, nous y voilà au Igor Time : il ne s’est pas embarrassé en changeant ses trois joueurs offensifs : Harit, Under et Suarez remplacement Gerson, Payet et Alexis Sanchez. Ça peut paraître surprenant pour les deux derniers, surtout Sanchez, mais personne n’a été incroyable pour enflammer la rencontre devant.
54e : OK, on vient de passer tout près de la catastrophe absolue. L’unique buteur du soir, le Danois Jesper Lindström, hérite d’un nouveau ballon en pleine surface et lâche une grosse volée. Heureusement, Pau Lopez parvient à l’effleurer du bout des doigts, et ainsi à la dévier sur le haut de sa transversale. L’OM a eu très très très chaud. Un signe pour faire 5 changements d’un coup, non ? Bon allez, au moins 3 Igor.




52e : Arf, déjà 6 minutes de jeu et il ne s’est pas passé grand-chose, voire rien. Le temps presse pour l’OM, il va falloir balancer du Guendouzi, du Under pour tenter de secouer tout ça, non ?
48e : Le jeu est arrêté quelques instants après un très gros choc tête contre tête entre Ndicka et Gerson. Ça devrait aller jouer pour les deux joueurs, même si Ndicka a bien été touché.
46e : C’est reparti ici, on espère qu’Igor Tudor a trouvé les mots pour transcender ses joueurs et qu’ils se mettent totalement au niveau de cette C1. Franchement, une défaite ce soir ne serait pas loin d’être déjà fatale aux ambitions de l’OM dans cette compétition.
45e : C’est la pause juste derrière : la manière n’était vraiment pas ouf, mais alors cette ouverture du score surprise de l’Eintracht Francfort rend carrément la soirée catastrophique jusque-là pour l’OM. Il faudra absolument se reprendre après le repos. On pense au manque d’influence de Gerson dans le jeu, et même à moindre mesure celui de Payet qu’on attendait à un autre niveau ce soir. Ça va être chaud d’aller le chercher celui-là, mais on s’accroche ! A tout vite, on prend une petite pause.
43e : Aïe aïe aïe buuuuuuuuuuuuuuuuuuut allemand ! Lindström profite d’une double erreur de Bailly (on lui a porté la guigne) et de Rongier pour tromper Lopez livré à lui-même. Coup de froid terrible dans le Vélodrome. Pour vous décrire un peu mieux le tout, ça part d'un coup franc très lointain joué rapidement en profondeur. Eric Bailly ne repousse pas de la tête et tente un contrôle de la poitrine superflu (c'est la suite qui le dira). Kolo Muani hérite du ballon et glisse une ouverture approximative... mais Valentin Rongier (malheureux sur le coup) est sur la trajectoire, il tend la jambe et ça file parfaitement dans la course de Lindström, qui n'espérait pas un tel cadeau involontaire. Quelle cata cette tournure de match, jugez-en par vous-même avec la vidéo du but qui vient d'arriver et qu'on vous partage.




40e : La bonne nouvelle côté marseillais, c’est la prestation toute en maîtrise d’Eric Bailly. Etant donné les absences de Mbemba (suspendu) et Gigot (blessé), le gros match de l’ancien de Man-U (jusque-là) est très précieux.
38e : Noooooo c’est pas vrai ça, super centre de Clauss dans une zone où Trapp ne peut rien faire, mais ni Balerdi, ni Sanchez ne parvient à poser un gros coup de tête pour fusiller l’ancien gardien parisien de près. Une vraie belle opportunité de manquée.
35e : (Très) légère embrouille Balerdi-Kolo Muani. Franchement ça ne sert pas à grand-chose de rester une minute au sol cher Leonardo, ça casse le jeu ce quasi « flopping » et ça empêche l’OM d’enflammer davantage la partie.
32e : On profite d'une période d'accalmie dans le jeu pour vous partager ça : les deux smiles les plus contagieux de cette soirée de C1 ?




25e : Dans la foulée, Randal Kolo Muani met le feu en partant de l’aile gauche, via un délicieux contrôle orienté. Mais il la joue solo avec une frappe écrabouillée sur Pau Lopez de 20 m alors qu’un petit décalage facile à Lindström aurait pu être fatal à la défense marseillaise.
24e : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, la voilà la plus grosse opportunité du match pour l’OM ! Alexis Sanchez pourrait longtemps la regretter celle-là : c’est parti à 3.000 à l’heure avec une ouverture splendide de Gerson pour Tavares, qui déborde et lâche un centre admirable. Le Chilien prend le meilleur sur Hasebe en se jetant mais ça passe juste au-dessus de la barre après un rebond. Pas de regret car l’assistant lève son drapeau ? Pas certain du tout car franchement, Tavares avait l’air couvert et le VAR aurait accordé le but éventuel d’Alexis. La défense allemande est vraiment prenable quand le jeu de l’OM est plus direct.




20e : L’OM a eu très chaud sur ce coup : l’international japonais Kamada délivre un super centre, Lindström est un poil court, et Balerdi s’en sort assez miraculeusement en repoussant à l’arrache de la cuisse. Par chance, aucun joueur de l’Eintracht n’avait suivi, mais on n’avait pas encore vu l’OM à ce point sur un fil que sur cette occase depuis le début du match.
16e : C’est mieux là, le pressing marseillais : grâce notamment à la débauche d’énergie d’Alexis Sanchez en tête, l’OM force vite Francfort à balancer en touche. Bien précieux tout ça.
12e : Ah, enfin une occase marseillaise ! Jolie remise de Payet pour Alexis Sanchez dans la surface et le Chilien déclenche une grosse frappe directos sur le petit filet. Allez, il faut enchaîner là !
11e : Arf, quelle mauvaise transmission d’emblée de Kolasinac en direction de Payet. Cette entame de rencontre n’est officiellement pas dingue, on pouvait attendre mieux de la part de l’OM pour une telle affiche dans son stade.
8e : Pfiouuuu l’énorme tacle de Kolasinac qui dézingue au passage la cheville de Jakic. Même s’il touche (un peu) le ballon au départ et que l’arbitre laisse filer sur ce coup, ça serait pas mal d’envisager finir ce match-là à 11 non ?
5e : Première très légère alerte sur un corner allemand concédé par Tavares (chandelle d’anthologie de son mauvais pied) : Kolo Muani s’élève plus haut que tout le monde mais sa tête n’est pas cadrée. Attention messieurs, les détails de la C1 tout ça, tout ça. Il ne faudra pas craquer dans le jeu aérien comme face à Yacine Bammou mercredi dernier… pardon Richarlison, on confond toujours ces deux talents.
3e : Rien à signaler de foufou pour l’instant, mais entre le bon pressing de Sanchez et un excellent retour propre de Tavares, les signaux sont bons dans cette entame marseillaise.
21 h : C’est partiiiiiiii, la situation dans les tribunes a l’air pas si mal contrôlée, et le match démarre à l’heure. On a hâte de découvrir ce que ça va donner avec le très créatif tandem Payet-Alexis Sanchez, qui avait tant manqué contre Tottenham la semaine passée. Quant à l'ambiance, elle monte, elle monte encore...




20h56 : 62.500 spectateurs (à guichets fermés donc) et une ambiance du tonnerre, ça sent la très grosse soirée européenne au Vél' ! Regardez déjà ce que ça donnait à 40 minutes du coup d'envoi avec cette vidéo partagée par Adrien.




20h52 : Côté Francfort, les Français Ndicka et Kolo Muani sont bien de la partie, mais pas Dina Ebimbe.




20h50 : Parlons tout de même terrain, le 11 de départ marseillais est tombé, et l'OM démarrera pour une fois sans Mattéo Guendouzi (oups, on va devoir changer notre photo).




20h46 : Bon, l’enjeu majeur de cet avant-match ne concerne pas tant les compos, comme c’est le cas la plupart du temps, mais les débordements constatés autour du Vélodrome avant le coup d’envoi. Vu l’afflux de supporteurs allemands, on craignait le pire. Pour l’instant, Adrien nous signale que des supporteurs de Francfort se sont livrés à des saluts nazis dans le parcage visiteur, vient de révéler la préfète de police à l’UEFA. L’identification est en cours, et voici deux vidéos ci-dessous montrant les violences et donc ces saluts nazis.






20h44 : Hellooooooo les amis, on se retrouve comme prévu pour ce match sous très haute tension. On vous fera partager l’ambiance via Adrien qui se trouve au Vélodrome et vous proposera un compte-rendu, ainsi qu’un débrief vidéo et des articles de retour demain matin. N’oubliez pas que vous pourrez également noter les joueurs marseillais à votre réveil demain. Sacré programme, n’est-ce pas ?
13h38 : Pour l'instant ça ne dégénère pas trop dans les rues de Marseille, mais quelques restaurateurs du cours Estiennes d'Orves commencent à fermer boutique en prévention, alors que plusieurs écoles/crèches autour du vélodrome ont demandé aux parents de venir chercher leurs enfants à 16h30 tapantes, selon RMC




09h35 : Un peu de lecture sur la grand question du jour : est-ce qu'on va assister à une journée à peu près tranquille au niveau des supporters, ou pas ?



9 h : Guten Tag les 20 Minutos, en avant pour une grosse soirée de Ligue des champions dans un stade Vélodrome qu’on imagine en feu. Imaginez un peu le tableau : les deux dernières campagnes dans l’épreuve reine de l’Olympique de Marseille ont été cataclysmiques, avec 3 malheureux points pris (et un huis clos intégral en raison du Covid-19) en 2020-2021, et même un zéro pointé en 2013-2014. Et franchement, comme le prouve leur épatant début de saison en Ligue 1 (2es avec 6 victoires et 1 nul), les Marseillais ont de quoi redorer leur blason cette fois-ci avec Igor Tudor. OK, ça a mal démarré sur le plan comptable avec cette défaite (2-0) contre le favori de la poule Tottenham la semaine passée. Mais avant l’expulsion de Chancel Mbemba, l’OM était totalement dans le coup. Un rebond est donc attendu ce mardi (21 heures) contre l’Eintracht Francfort. Vainqueurs de la Ligue Europa à la surprise général au printemps dernier, les Allemands sont dans le dur, entre une 11e place en Bundesliga et un sévère revers en C1 à la maison pour commencer contre le Sporting Portugal (0-3). A noter comme curiosité française dans ce match la présence côté Francfort de l’ancien attaquant nantais Randal Kolo Muani. On croise les doigts pour que malgré l’importante présence de supporteurs allemands à Marseille, il n’y ait pas d’incidents majeurs comme lors de Nice-Cologne jeudi dernier par exemple.

» On se donne rendez-vous à partir de 20h45 par ici pour l’avant-match. Merci msieurs dames.