Gravelines a des stats positives après le premier quart-temps

François Launay

— 

COLLOT / SIPA

Quatre victoires d'affilée, une deuxième place au classement, après sept journées, le BCM a bien négocié le premier quart de la saison régulière. Des chiffres positifs qui ne font pourtant pas sauter au panier Christian Monschau, le coach gravelinois. « Il n'y pas d'attachement particulier à ce classement. C'est une course par étapes, et c'est chaque semaine une autre histoire », déclare stoïquement le technicien nordiste.

Mais sous la carapace, pointe sans soute la satisfaction d'avoir rebondi après un début de saison raté. Deux défaites lors des trois premiers matchs avaient instillé un léger doute. « Ça ne tient pas à grand-chose. On gagne notre premier match contre Chalon à la dernière seconde. Si on le perd, ce n'est plus du tout la même musique », reconnaît Hervé Beddeleem, directeur exécutif du BCM.

Tout en restant prudent, Gravelines savoure sa réussite actuelle. Une bonne passe qui a un nom : Ben Woodside, le meneur américain, véritable baromètre de l'effectif. « Quand il est bon, on gagne, quand il est mauvais, on perd. Il y a une Woodside dépendance », avoue Hervé Beddeleem.

En attendant que le reste de l'effectif se mette au diapason de son meneur, la période qui arrive s'annonce chargée. « On démarre la Coupe d'Europe la semaine prochaine, et on va jouer tous les trois jours jusqu'à Noël. Il va falloir bien gérer la récupération », s'inquiète Christian Monschau. Un marathon qui démarre dès samedi face au leader Cholet. Un bon moyen de savoir si ce bon début de saison n'est pas en trompe l'oeil. W