Comment faire foirer un contrôle anti-dopage

DOPAGE L'hématologue Gérard Dine pense que quelques minutes suffisent à modifier les résultats d’un contrôle...

La rédaction sport

— 

 A doping control area is seen at the National Aquatics Centre, also known as the Water Cube, prior to the Beijing 2008 Olympic Games August 5, 2008.     REUTERS/Wolfgang Rattay (CHINA)
 A doping control area is seen at the National Aquatics Centre, also known as the Water Cube, prior to the Beijing 2008 Olympic Games August 5, 2008.     REUTERS/Wolfgang Rattay (CHINA) — REUTERS/Wolfgang Rattay

Est-ce si grave? Lundi, l’Agence Française de lutte contre le dopage (AFLD) s’est indigné contre les retards récurrents des coureurs de l’équipe Astana lors des contrôles anti-dopages pendant le Tour. Parfois, les contrôleurs ont poireauté plus d’une heure avant de pouvoir prélever les urines des coureurs. Un comportement interdit par les règlements internationaux. Mais avec le développement du dopage sanguin, on se demande comment il est possible de modifier ses paramètres sanguins en quelques dizaines de minutes. «Détrompez-vous. Quand une équipe ou un cycliste est au courant qu’un contrôle va avoir lieu. Il peut préparer des stratégies rapides pour contrer le contrôle», explique l’hématologue et spécialiste du dopage, Gérard Dine.
 

 

Poser une perfusion ou gober des produits

Différentes méthodes existent. «Il suffit de poser une perfusion pour diluer le sang et en moins d’une demi-heure, les taux peuvent varier». Autre solution: gober des produits. «Certains produits modifient les paramètres des urines. Et notamment  l’acidité des urines. Quand on sait que le test urinaire de l’EPO est par exemple très sensible à l’acidité, cela peut parfois suffire pour déjouer un contrôle.» Des méthodes plus modernes que la poire remplie d'urine saine et cachée dans le cuissard (voir Poire ici). De toute façon, aujourd'hui, les contrôleur sont accompagnés d'escortes chargés de surveiller le coureur pendant le contrôle (quand elles ne sont pas chassées par les équipes).

 
Dans tous les cas, la méthode n’annule pas la présence du produit mais la masque. D’où l’importance des contrôles inopinés, réalisés par surprise. On comprend mieux pourquoi cet hiver, l’AFLD avait râlé contre une douche trop longue  prise par Lance Armstrong avant un contrôle.