Rugby : En Irlande, les joueuses transgenres ne sont plus autorisées à participer aux matchs

EXCLUSION Selon la Fédération irlandaise de rugby, « les avantages en termes de force, d’endurance et de physique provoqués par la puberté masculine sont importants et se conservent même après la suppression de la testostérone »

20 Minutes avec agences
Les joueuses de rugby transgenres exclues des rencontres de la prochaine saison en Irlande (Illustration).
Les joueuses de rugby transgenres exclues des rencontres de la prochaine saison en Irlande (Illustration). — W RUGBY / Pixabay

La Fédération irlandaise de rugby à XV a décidé de se conformer aux dernières directives de World Rugby. Elle a ainsi annoncé ce mercredi que les joueuses transgenres ne seront plus autorisées à participer aux matchs de la saison à venir. Seules les joueuses enregistrées comme femmes à la naissance pourront jouer les rencontres. L' Irlande rejoint notamment la décision du rugby à XV anglais et la Ligue de rugby, qui, le mois dernier, ont interdit aux joueuses transgenres de prendre part aux compétitions féminines pour des raisons de sécurité.

« Des recherches récentes montrent qu’il existe des différences physiques entre les personnes dont le sexe a été assigné comme homme ou comme femme à la naissance. Les avantages en termes de force, d’endurance et de physique provoqués par la puberté masculine sont importants et se conservent même après la suppression de la testostérone », a déclaré l’Irish Rugby Football Union (IRFU) dans un communiqué.

Deux joueuses concernées

« L’IRFU est parfaitement consciente qu’il s’agit d’un domaine sensible et difficile pour les personnes impliquées et la communauté LGBT+ au sens large et continuera à travailler avec les personnes touchées, en fournissant un soutien pour assurer leur implication continue dans le jeu », a ajouté l’instance. Le changement de règle n’affectera que deux joueuses inscrites en Irlande. L’IRFU a déclaré les avoir contactées pour discuter avec elles des « options pour rester actives » dans le milieu, « telles que des formes de jeu sans contact, l’arbitrage et l’entraînement ».

« L’Irlande ne devrait pas suivre l’exemple du Royaume-Uni en essayant de réduire le nombre d’occasions dans lesquelles les femmes trans peuvent exister en toute sécurité. L’Irlande peut et doit faire mieux », a, pour sa part, réagi Paula Fagan, directrice générale du mouvement LGBT d’Irlande, demandant à l’IRFU de « reconsidérer sa décision ».