Rugby : C'est la crise chez les All Blacks, la Fédération reprend la main, le sélectionneur Ian Foster menacé

RUGBY La Nouvelle-Zélande a perdu deux de ses trois matchs à domicile face à l'Irlande. Très critiqué, le sélectionneur Ian Foster est menacé

A.H. avec AFP
— 
Ian Foster, le sélectionneur des Blacks.
Ian Foster, le sélectionneur des Blacks. — Dave Lintott/lintottphoto/Shutte/SIPA

Échec historique face à l'Irlande à domicile (deux défaites en trois matchs), sélectionneur sur la sellette : la Nouvelle-Zélande fait face à une crise à un peu plus d’un an de la Coupe du monde 2023, à tel point que la Fédération a décidé d’une reprise en main « immédiate ». « Les performances des All Blacks dans cette série n’étaient clairement pas acceptables », a grincé dimanche le patron de New Zealand Rugby, Mark Robinson, cité dans un communiqué.

Si les coéquipiers du capitaine Sam Cane, vivement tancé pendant cette tournée pour des performances jugées médiocres, voire insuffisantes, font l’objet de critiques, le sélectionneur Ian Foster, nommé en 2019 pour succéder à Steve Hansen à l’issue du Mondial, est lui sur un siège éjectable. La prolongation de son contrat, en août 2021, jusqu’au Mondial 2023, avait déjà été contestée. Le bilan de Foster à la tête des Blacks alimente le débat. En 24 matchs, il a concédé 7 défaites pour 1 nul et 16 victoires, soit un ratio de 66,7 %, quand ses prédécesseurs Graham Henry et Hansen dépassaient les 80 %.

Une conférence de presse annulée

« Notre but est de travailler avec Ian et son équipe pour bien comprendre, avant le Rugby Championship, ce dont nous avons besoin pour améliorer les performances et ce qu’il faut faire à partir de maintenant. Nous allons commencer ce travail immédiatement », a expliqué Mark Robinson. L’urgence est de mise car les Néo-Zélandais vont débuter leur prochaine saison par deux tests sur le sol des champions du monde sud-africains les 6 et 13 août.

Samedi, après la deuxième défaite contre les Irlandais, Foster a refusé d’évoquer son avenir : « Je ne suis ici que pour parler du match. » Dimanche, une conférence de presse du sélectionneur néo-zélandais a été annulée sans explication. Le technicien de 57 ans devra probablement s’expliquer dans les prochains jours devant le conseil d’administration de la Fédération. Une pétition circule déjà sur le site change.org. Ses signataires demandent qu’il soit remplacé par Scott Robertson, l’entraîneur des Crusaders, lauréats du Super Rugby.