Guerre en Ukraine: Wimbledon fait appel d'une amende d'un million de dollars pour avoir exclu les joueuses russes

TENNIS La WTA, comme l'ATP d'ailleurs, estime que cette exclusion entraîne une rupture d’équité dans la saison

N.C. avec AFP
— 
L'Ukrainienne Lyudmyla Kichenok avec Jelena Ottapenko lors du 3e tour de Wimbledon en double féminin, le 4 juillet 2022.
L'Ukrainienne Lyudmyla Kichenok avec Jelena Ottapenko lors du 3e tour de Wimbledon en double féminin, le 4 juillet 2022. — Mark Greenwood/IPS/Shutterstock/SIPA

La direction du tournoi de Wimbledon a annoncé lundi avoir fait appel de l’amende d’un million de dollars (960.000 euros) infligée par la WTA en raison de  l'exclusion des joueuses russes et bélarusses cette année. « Nous sommes dans un processus judiciaire, donc je ne vais pas faire de commentaires précis mais ce que je peux dire, c’est que nous maintenons notre décision. Nous avons interjeté appel », a déclaré Sally Bolton, directrice du Grand Chelem londonien, en marge du tournoi.

Selon le Daily Mail, la Fédération britannique de tennis (Lawn Tennis Association) a reçu de la part de la WTA, qui gère le circuit féminin, une amende de 750.000 dollars et le All England Lawn Tennis Club, qui organise le tournoi, a été pénalisé à hauteur de 250.000 dollars.

« Ça n’a pas été facile mais c’était la bonne décision »

La WTA, comme l’ATP qui gère le circuit masculin, ont dénoncé la décision de Wimbledon de ne pas accepter cette année les joueurs russes et biélorusses en représailles à la guerre en Ukraine. Invoquant une rupture d’équité, les deux instances avaient déjà réagi en annonçant qu’elles ne distribueraient aucun point de classement au Majeur sur gazon.

Exclus de Wimbledon, les Russes et Bélarusses n’avaient pas été acceptés non plus aux tournois préparatoires anglais des semaines précédentes, à Eastbourne, Nottingham et Birmingham, mais des points ATP et WTA y étaient en jeu car les exclus pouvaient s’aligner dans des tournois organisés aux mêmes dates dans d’autres pays, contrairement au tournoi du Grand Chelem.

« Nous avons longtemps réfléchi à notre décision », a répété Bolton. « Ça n’a pas été facile et nous avons évalué les conséquences. Mais c’était la bonne décision », a insisté la directrice du tournoi. Les joueurs russes et biélorusses sont autorisés à participer aux autres tournois dans le monde sous drapeau neutre.