Wimbledon : Touché par le Covid, le finaliste 2021 Matteo Berrettini déclare forfait

TENNIS L’Italie Matteo Berrettini, qui devait entrer en lice ce mardi à Wimbledon, ne participera pas au tournoi. L’Italien, finaliste l’an dernier, est touché par le Covid

N.S. avec AFP
— 
Matteo Berrettini à l'entraînement sur le court central de Wimbledon, le 23 juin 2022.
Matteo Berrettini à l'entraînement sur le court central de Wimbledon, le 23 juin 2022. — Steven Paston / AP / Sipa

Finaliste l’an dernier, récent vainqueur des tournois sur gazon de Stuttgart et du Queen’s, Matteo Berrettini arrivait à Wimbledon avec une belle tête d’outsider. Mais l’Italien (11e mondial) a dû déclarer forfait avant son premier tour ce mardi contre le Chilien Cristian Garin (43e mondial). « C’est avec le cœur brisé que j’annonce devoir me retirer de Wimbledon en raison d’un test positif au Covid-19 », a écrit le joueur de 26 ans sur Instagram.

Les organisateurs ont ensuite confirmé ce forfait, en précisant que Berrettini était remplacé dans le tableau par le « lucky loser » (éliminé au dernier tour des qualifications) suédois Elias Ymer (137e).

« Je reviendrai plus fort »

« J’ai ressenti les symptômes de la grippe et je suis resté à l’isolement ces derniers jours. Les symptômes n’étaient pas sévères, mais j’ai estimé qu’il était important de refaire un test ce matin [mardi] pour protéger mes collègues joueurs et tous ceux qui sont impliqués dans le tournoi », a détaillé l'Italien. « Je n’ai pas de mots pour décrire l’extrême déception que je ressens. Le rêve est terminé pour cette année, mais je reviendrai plus fort », conclut-il dans son message.

Après le Croate Marin Cilic, Berrettini est le deuxième joueur à devoir déclarer forfait pour le tournoi londonien pour cause de Covid. Invaincu sur cette surface cette saison, il était dans la moitié de tableau de Rafael Nadal – comme Cilic – et pouvait espérer une revanche contre Djokovic en finale. L’Espagnol et le Serbe ont d’ailleurs fréquenté l’Italien ces derniers jours à l’entraînement. Et si ce Wimbledon se gagnait par élimination ?