Roland-Garros : Pourquoi Novak Djokovic peut-il jouer sans être vacciné contre le Covid-19 ?

FAKE OFF Le tennisman serbe a pourtant été évincé de l’Open d’Australie, puis de tournois ATP aux Etats-Unis

Maïwenn Furic
— 
Novak Djokovic lors de son match au deuxième jour de Roland-Garros, contre le japonais Yoshihito Nishioka.
Novak Djokovic lors de son match au deuxième jour de Roland-Garros, contre le japonais Yoshihito Nishioka. — J.E.E/SIPA
  • Expulsé d’Australie et interdit de jouer l’Open en raison de sa non-vaccination contre le Covid-19, puis écarté de tournois ATP aux Etats-Unis, Novak Djokovic semble avoir repris pleinement le chemin des courts.
  • Le numéro un mondial dispute actuellement le second tour de Roland-Garros. Une présence qui pose question à certains. A-t-il eu un traitement de faveur pour pouvoir participer sans vaccin ?
  • En réalité, aucune loi française ne peut l’empêcher de concourir.

La seconde semaine du tournoi de Roland-Garros bat son plein, et les plus grands joueurs sont au rendez-vous. Une présence fait du bruit, celle de l’un des plus grands tennismen : Novak Djokovic. Son entêtement à refuser de se faire vacciner contre le Covid-19 lui a valu de se faire écarter de plusieurs tournois durant la saison. Et l’attribution du surnom de « Novax Djocovid » sur les réseaux sociaux.

Sa présence sur la terre battue parisienne suscite de nombreuses questions. Le serbe s’est-il finalement fait vacciner ? Alors même qu'il avait affirmé être « prêt à payer le prix » de ne pas se rendre au tournoi plutôt que de recevoir les piqûres. Non, ce n’est pas le cas. A-t-il donc eu un passe-droit pour pouvoir jouer sans vaccin ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Le numéro 1 mondial avait créé la polémique en se faisant exclure de l'Open d'Australie en janvier dernier. Il a été expulsé du territoire faute de vaccination. Son certificat d’exemption a été rejeté par les autorités sanitaires, qui lui ont retiré son visa. Le serbe n’a ensuite pas pu prendre part à plusieurs tournois ATP, puisque les Etats-Unis interdisent l’entrée sur leur territoire aux personnes qui ne peuvent pas présenter une preuve de vaccination valide. Aujourd’hui, Novak Djokovic dispute bel et bien le troisième tour de Roland-Garros contre le 195e mondial Aljaz Bedene. Il a remporté son premier match sur le court Philippe-Chatrier, trois sets à zéro, contre le Japonais Yoshihito Nishioka, puis le Slovaque Alex Molcan en quatre sets.

La directrice du tournoi, Amélie Mauresmo, a déclaré qu’« en l’état actuel des choses, rien ne s’oppose à la participation de Djokovic », lors d’une conférence de presse donnée le 16 mars. En effet, deux jours plus tôt, la France a levé les restrictions dans presque tous les espaces publics – à l’exception des hôpitaux, maisons de retraite et transports publics – ce qui signifie que le joueur, non vacciné, est autorisé à se présenter sur les courts.

La seule restriction qui aurait alors pu s’appliquer est celle de l’entrée sur le territoire. Or, le gouvernement précise que pour les pays classés en « vert », c’est-à-dire ceux qui représentent le moins de risque épidémique, il y a uniquement « l’obligation de présenter un test négatif ». La Serbie fait partie de cette liste, et le joueur n’était donc pas soumis à une quelconque obligation vaccinale.

Le président de la Fédération française de tennis, Gilles Moretton, avait tout de même précisé que les règles pouvaient être amenées à évoluer. « Il y a encore un virus qui circule et il faut être prudent. Si les choses devaient se reproduire et que le gouvernement prenait de nouvelles mesures, nous ne serions pas exclus de ces mesures », a-t-il expliqué.

Roland-Garros n’est d’ailleurs pas le seul tournoi auquel le Serbe a pu participer depuis le début de l’année 2022. Il a joué à Dubaï, Monte-Carlo, l’Open de Serbie, Madrid, ainsi qu’à Rome. Ces différents pays n’appliquant pas non plus de restrictions particulières pour les personnes non vaccinées contre le Covid-19.