Serie A : L’AC Milan remporte son 19e titre d’Italie, le premier depuis 2011

FOOTBALL Zlatan Ibrahimovic et Olivier Giroud ont particulièrement contribué, avec leur expérience, à faire revenir l’AC Milan tout en haut du football italien

20 Minutes avec AFP
— 
Olivier Giroud célèbre avec ses coéquipiers le titre de champion d'Italie du Milan AC, le 22 mai 2022.
Olivier Giroud célèbre avec ses coéquipiers le titre de champion d'Italie du Milan AC, le 22 mai 2022. — Spada/AP/SIPA

L’AC Milan attendait cela depuis 2011. Mais c’est fait : le club est de retour au sommet du football italien, avec un 19e titre de champion officiellement décroché dimanche soir.

Avec une nette victoire contre Sassuolo (3-0), les Rossoneri ont mis fin au formidable suspense qui a accompagné cette année le championnat : ils ont conclu au sprint avec 16 matchs sans défaite de rang et devancent de deux points le rival milanais, l’Inter. Plutôt que la Juventus, renvoyée à sa première saison sans titre depuis 11 ans, que l’Inter, champion en titre avec le plus bel effectif sur le papier, ou que Naples, toujours bloqué à l’ère Maradona, c’est donc ce Milan renaissant et au fort accent français (Giroud, Maignan, Hernandez, Kalulu entre autres) qui a raflé la mise.

Zlatan présent déjà en 2011

Lors du dernier titre de champion d’Italie du « Diavolo », le club appartenait encore à Silvio Berlusconi. C’est lui qui en avait fait pendant 30 ans (1986-2017) un géant du football européen, avec des vedettes, du jeu offensif et des titres à foison. Mais depuis, l’étoile des Rossoneri avait bien pâli, les entraîneurs s’étaient succédé à un rythme frénétique, et Zlatan Ibrahimovic, présent pour le titre 2011, n’avait sans doute pas reconnu le club quand il est revenu en janvier 2020.

Mais Ibra s’est épanoui dans un rôle de trait d’union entre ce grand Milan oublié et le nouveau qui se cherchait, en abritant sous ses larges épaules une nouvelle génération de joueurs comme Théo Hernandez, Rafael Leao ou Sandro Tonali… Il aura été le relais sur le terrain et dans le vestiaire de l’entraîneur Stefano Pioli, arrivé sur le banc sans palmarès à la tête d’une équipe à la dérive en octobre 2019.

Ibrahimovic a répété jour après jour que Milan devait viser le titre et rien d’autre. Pas question pour lui de se réjouir de la deuxième place obtenue l’an dernier. Et il a fini par en convaincre tout le monde !

Outre le poids d’Ibra, un autre attaquant d’expérience, Olivier Giroud, aura largement contribué à l’entreprise avec, outre son doublé capital dimanche (pour ses 10e et 11e buts de la saison en Serie A), ses deux buts dans le derby en février (2-1). L'Inter ne s’en est jamais remise. Enfin, ce triomphe est aussi celui de Paolo Maldini, salué pour son recrutement malin et visionnaire, porté sur la jeunesse, dans un rôle de directeur sportif endossé en juin 2019 après le départ de Leonardo.

Un club à vendre

Avec ce titre, le club pourrait changer de main. Elliott Management a récupéré l’AC Milan en 2018 un peu par hasard, car son précédent propriétaire l’homme d’affaires chinois Li Yonghong, n’avait pu lui rembourser un emprunt. Ce fonds américain n’a jamais caché que son objectif était une revente à moyen terme, une fois les comptes assainis et la crédibilité sportive retrouvée, ce qui aura été fait en seulement quatre ans.

L’heure pourrait donc être venue pour Elliott de faire fructifier son investissement (740 millions d’euros depuis 2018, selon la presse italienne) en revendant ce club redevenu attractif. Les acheteurs potentiels sont, selon plusieurs médias, un fonds d’investissement basé au Bahreïn, Investcorp, mais aussi le fonds d’investissement américain RedBird Capital Partners. Le tout pour un montant qui dépasserait le milliard d’euros.