Formule 1 : « Près de deux secondes au tour sur l’année », la nécessité pour les écuries de développer leur monoplace

FORMULE 1 Plusieurs écuries apportent des évolutions sur leurs Formule 1 ce week-end pour le Grand Prix de Barcelone, une obligation pour rester compétitives

Adrien Max
— 
Le Grand Prix de Barcelone sera déterminant pour la suite des évolutions sur la monoplace de Mercedes.
Le Grand Prix de Barcelone sera déterminant pour la suite des évolutions sur la monoplace de Mercedes. — Jason Pohuski/Cal Sport Media/Si/SIPA
  • La Formule 1 débarque à Barcelone ce week-end pour le sixième Grand Prix de cette saison 2022.
  • Plusieurs écuries vont apporter des évolutions à leur F1.
  • Des évolutions absolument nécessaires pour rester compétitif, alors qu’elles vont permettre de gagner près de deux secondes sur un tour à la fin de saison.

Un week-end décisif pour la suite de la saison. La Formule 1 pose ses valises à Barcelone ce week-end pour le Grand Prix de Catalogne, le sixième de la saison, et les bagages de plusieurs écuries pèseront un peu plus lourd que lors de la précédente course, à Miami.

Après plusieurs Grand Prix loin d’Europe, Bahreïn, Arabie saoudite, Australie, Miami, et un en Italie, à Imola, mais avec le format de la course sprint qui n’offre que très peu d’essais libres, le bon moment pour apporter ces évolutions semble enfin arriver. Et avec un budget plafonné cette année, il ne faut pas se tromper.

Limite budgétaire

« Lorsque vous apportez des évolutions tout au long de la saison, vous devez tenir compte d’une grande variété de paramètres et de circonstances. Le plafond budgétaire et le temps limité en soufflerie numérique et en soufflerie d’une part, et la question de savoir quand exactement apporter de grandes évolutions d’autre part. Cela fait une différence entre le temps avant et après la limite budgétaire. Cette année, il faut tout miser et chercher dans différentes directions. Et quand vous vous rendez compte qu’une certaine direction apporte un certain niveau de performance, alors vous continuez dans cette direction », a rappelé Andréa Seidl, Team Principal de McLaren.

C’est à Barcelone que ces nouvelles générations de Formule 1 ont roulé pour la première fois en février dernier lors des premiers essais hivernaux, rien de mieux pour comparer. Et donc pour apporter ces évolutions.

« Un dixième rattrapé par tour »

Elles sont indispensables pour rester compétitif durant toute la saison, au risque de voir les concurrents s’échapper dans le cas où une écurie n’en apporterait pas. « On a un rythme de développement, en général, de l’ordre de deux secondes par tour dans l’année, pas loin. Si le premier ne se développe pas, le second le rattrapera de l’ordre d’un dixième par seconde par tour », confie à 20 Minutes Frédéric Vasseur, le Team Principal d’Alfa Romeo.

C’est d’ailleurs ce qui est en train d’arriver à Ferrari, en tête du championnat des pilotes avec Charles Leclerc, et des constructeurs. Mais en perte de vitesse face à Redbull, qui a déjà fait évoluer sa RB 18, au contraire de la F1-75. La raison pour laquelle l’écurie de Maranello va apporter des nouveautés : les pontons devraient être revus, les suspensions évoluées, ainsi qu’un possible nouveau fond plat. La peinture devrait aussi connaître des modifications, pour une perte de poids totale de près de trois kg.

La révolution Mercedes ?

Des évolutions chez Ferrari, et peut-être une révolution chez Mercedes​. Après être venue avec des pontons lors des essais hivernaux de Barcelone, l’écurie allemande les avait presque fait complètement disparaître à Bahreïn, à la plus grande surprise de tous. Sauf que depuis, les résultats ne sont pas à la hauteur des espoirs placés dans cette philosophie.

« Une énorme quantité de travail a été menée dans les usines pour extraire les données de Miami et les transformer en améliorations pour Barcelone. Pour avoir roulé là-bas lors des essais hivernaux, mais avec une voiture qui a beaucoup évolué depuis, ce sera un bon endroit pour corréler les informations dont nous disposons sur la voiture actuelle et nous espérons que nous ferons un autre pas en avant », a prévenu Toto Wolff, patron de Mercedes. Au point de revenir à la voiture aperçue à Barcelone, plutôt que celle du début de saison ?

C’est en tout cas le virage opéré par Aston Martin. L’écurie britannique n’hésite pas à parler d’une monoplace « à moitié nouvelle » pour ce Grand Prix de Barcelone, ou plutôt « à moitié » RedBull, vu les photos. Reste à savoir si ces évolutions bouleverseront la hiérarchie du début de saison, alors que des écuries comme Alpha Tauri ou Hass, ont, elles, fait le choix de n’apporter aucun bouleversement.