Equipe de France féminine : Diacre ne prend « pas toujours les meilleures » par souci d’équilibre

FOOTBALL Corinne Diacre, vante la recherche d’un « équilibre » et de la « polyvalence » au sein de l’équipe de France, à la veille du match qualificatif pour le Mondial 2023 contre la Slovénie

W.P, avec AFP
— 
Corinne Diacre
Corinne Diacre — Chris Fairweather/Huw Evans/Shut/SIPA

Corinne Diacre en mode gestion de groupe. Questionnée sur ses choix au sein de l’équipe de France féminine, la sélectionneuse des Bleues, qui affrontent mardi la Slovénie en qualifs du Mondial 2023​, les justifie par une envie d’équilibre au sein du groupe.

Interrogée sur la Bordelaise Charlotte Bilbault, installée au poste de milieu défensive, la patronne des Bleues a indiqué que « plusieurs joueuses pourraient démarrer à ce poste », sans citer de nom dans un premier temps.

« L’équipe de France est composée des meilleures joueuses françaises, même si parfois on ne prend pas toujours les meilleures pour pouvoir trouver un équilibre au niveau de l’équipe. Charlotte est milieu défensive des Bleues, ce n’était peut-être pas vrai par le passé, mais elle a su prouver qu’elle avait les qualités pour répondre à ce poste-là », a développé Diacre.

L’éloge de la polyvalence

La technicienne ne sélectionne plus depuis un an et demi son ancienne capitaine Amandine Henry, spécialiste du poste, et elle a fait le choix de ne pas appeler en avril Kheira Hamraoui, en froid avec plusieurs coéquipières du Paris SG.

Relancée sur Bilbault et le manque d’alternative chez les Bleues, Diacre a répondu qu’elle disposait de « quatre joueuses capables de jouer à ce poste dans [son] groupe : Palis, Geyoro, Toletti, Dali, en plus de Bilbault, même si ce n’est pas leur poste de prédilection. » La sélectionneuse a mis en avant la « polyvalence » de certaines Bleues comme un atout important à ses yeux : « S’il y a un besoin, les joueuses savent qu’elles doivent apporter à plusieurs postes », a-t-elle déclaré.