Stade Brestois : Un nouveau stade de 15.000 places verra le jour à l’horizon 2026

FOOTBALL Pour « rester au plus haut niveau », le Stade Brestois va se doter d’une nouvelle enceinte qui devrait être livrée en 2026 sur la commune de Guipavas

J.G. avec AFP
— 
En forme de coque de bateau, la nouvelle enceinte du Stade Brestois doit être livrée à l'horizon 2026.
En forme de coque de bateau, la nouvelle enceinte du Stade Brestois doit être livrée à l'horizon 2026. — Cabinet d'architecture François de LA SERRE

Les Ty Zef auront bientôt un nouveau toit. D’ici 2026, le Stade Brestois va se doter d’une nouvelle enceinte de 15.000 places sur un site végétalisé de 18 hectares situé aux portes de Brest, a annoncé ce mercredi le club breton. « C’est compliqué de rester au plus haut niveau et c’est ce qu’on va essayer de faire avec ce nouvel outil », a indiqué Gérard Le Saint, propriétaire avec son frère Denis du SB29.


Le club breton avait annoncé en 2018, alors qu’il évoluait en Ligue 2, un projet de nouvel écrin pour 2022. « On a revu la copie d’un point de vue financier », a expliqué Denis Le Saint, évoquant un projet « raisonnable ». L’enveloppe, à majorité privée, s’élève à environ 85 millions d’euros. Les travaux pourraient débuter en 2024 pour une livraison espérée en 2026. Pour aider à boucler le budget, le stade devrait porter le nom d’un partenaire.

L’actuel stade Francis-Le Blé ne répond plus aux normes

Le projet prévoit une enceinte d’une capacité similaire à celle du stade Francis-Le Blé, l’actuel cocon du club situé au cœur de Brest. Inauguré en 1922 et propriété de la ville, il ne répond cependant plus aux normes imposées par la ligue. Le nouveau stade aux formes arrondies verra le jour dans la zone commerciale du Froutven sur la commune de Guipavas.

Le projet vise à en faire un espace vivant toute l’année, et pas seulement les jours de matchs. Un espace de 2.000 m2 est ainsi prévu pour les loisirs (e-games et e-sport), tandis que six mâts de 40 m de haut offriront une activité de type accrobranche. Surmontés d’éoliennes et dotés de voiles aux couleurs du club, ils doivent en outre contribuer à lui donner une identité « unique » en lien avec la culture maritime bretonne.