Nîmes : Le Gard refuse le passage de la flamme olympique sur son territoire

JO 2024 Le conseil départemental du Gard estime le montant de l’opération prohibitif et ses retombées difficiles à évaluer

Jérôme Diesnis
La flamme olympique à Fukushima le 24 mars 2021, à la veille de son premier relais.
La flamme olympique à Fukushima le 24 mars 2021, à la veille de son premier relais. — Jae C. Hong/AP/SIPA

Comme d’autres collectivités territoriales, le conseil départemental du Gard a décidé de renoncer au passage de la flamme olympique sur ses terres. Le montant (150.000 euros) réclamé par le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques Paris 2024 est jugé prohibitif. « La participation financière exigée pour le passage de la flamme est, en l’état, trop importante pour des retombées difficiles à évaluer », précise le conseil départemental.

Le Département explique allouer autrement ce budget en privilégiant « ses aides financières pour l’égalité d’accès aux pratiques sportives et pour le soutien aux associations sportives structurantes départementales. »

15 millions pour la rénovation du centre sportif de Méjannes-le-Clap

Parmi les projets structurants qui font l’objet d’un financement par la collectivité, figure la modernisation du centre sportif départemental de Méjannes-le-Clap, une commune située à une heure de route de Nîmes, pour un montant de 15 millions d’euros. Dont 7 millions consacrés à l’accueil des athlètes des Jeux Olympiques.