Super Bowl 2022 : Du hip-hop mythique, un stade magique et une victoire de Los Angeles… On vous raconte ce « California Love »

REPORTAGE Dimanche soir, le football américain a été éclipsé par une performance inoubliable des légendes du hip-hop Snoop Dog, Dr Dre, Eminem, Mary J. Blige, 50 Cent et Kendrick Lamar

Philippe Berry
Eminem, Kendrick Lamar, Dr. Dre, Mary J. Blige et Snoop Dogg pendant la mi-temps du Super Bowl, le 14 février 2022 à Los Angeles.
Eminem, Kendrick Lamar, Dr. Dre, Mary J. Blige et Snoop Dogg pendant la mi-temps du Super Bowl, le 14 février 2022 à Los Angeles. — Chris O'Meara/AP/SIPA
  • Les Los Angeles Rams ont remporté le Superbowl 2022 dans leur nouveau stade SoFi grâce à un touchdown de Cooper Kupp en toute fin de match face aux Bengals de Cincinnati.
  • Un dénouement presque secondaire par rapport au show monté autour de la rencontre, notamment la performance des légendes du hip-hop Snoop Dog, Dr Dre, Eminem, Mary J. Blige, 50 Cent et Kendrick Lamar.

De notre correspondant à Los Angeles,

Dimanche 13h30 à Los Angeles, le Super Bowl ne commence que dans deux heures mais déjà, les axes principaux autour du SoFi stadium sont bouclés et les voitures embouchonnées. Un peu partout, des habitants proposent des places de parking sur leur driveway. Compter 300 dollars en cash, plus un kilomètre à pied. D’autres sont en pleine tailgate party, avec des burgers, des bières et des jello shots, un mélange de gélatine colorée et de vodka très populaire sur les campus, servis à l’arrière de leur pick-up. Pas besoin d’être au stade pour faire la fête.

Devant le SoFi, certains sont encore à la recherche d’un précieux sésame. Comme pour une finale de Coupe du monde, à moins d’avoir beaucoup de chance à la loterie, il est quasi-impossible d’acheter un billet directement. Et sur les sites de revente comme Stubhub, le prix moyen tourne autour de 8.000 dollars. Darrell, lui, est prêt à payer 2.500 dollars, « pour une place dans les nosebleed », de l’argot qui désigne une section tellement haute des tribunes que l’altitude pourrait faire saigner du nez.

Bienvenue dans un stade à 5 milliards de dollars

Ce stade, justement, est un ovni. Et pas juste pour sa forme de vaisseau spatial, avec un toit incurvé qui semble bien bas pour accueillir 70.000 personnes ce dimanche (et jusqu’à 100.000 en configuration maximum). C’est parce que le SoFi stadium, inauguré en 2020 – et qui accueillera les JO d’été de 2028 – est partiellement enterré. Un gigantesque trou de 30 mètres de profondeur a été excavé pour permettre de bâtir une enceinte censée mieux résister aux séismes et être plus facile à refroidir. 

Après deux décennies sans équipe NFL à Los Angeles, le propriétaire des Rams, Stan Kroenke, a financé ce projet titanesque, qui a coûté entre 5 et 6 milliards de dollars, via des capitaux privés. Le complexe abrite un lac entouré de palmiers, et surtout, des loges VIP ultra-modernes qui rapportent gros. Sous un soleil estival, le toit transparent, ouvert sur les côtés, donne l’impression de se trouver dans une cathédrale de lumière.


Sauf qu’on n’est pas là pour la messe. Sur la pelouse synthétique, les L.A. Rams entament bien la rencontre. Deux touchdowns consécutifs permettent aux locaux de prendre l’avantage 13-3. En tribune, Jennifer Lopez, Shaquille O’Neal, Kareem Abdul Jabbar et Cardi B apprécient. Mais juste avant la pause, Joe Burrow, le jeune quarterback de Cincinnati, trouve Tee Higgins dans l’end zone. Les supporteurs des Bengals rugissent. 13-10, le match s’annonce serré.

Les quinquas du hip-hop mettent le feu

Dans cette méga-production hollywoodienne, tout va très vite. En quelques minutes, une centaine d’ouvriers installent les éléments de la scène préfabriquée : des bâtiments blancs posés sur un tapis noir représentant la « grid » de Los Angeles.


Ta-da da-da-da, it’s the one and only D.O. Double G ♫ Dès les premières notes de Next Episode puis de California Love, Snoop Dogg et Dr Dre transportent une bonne partie du stade et des 100 millions de téléspectateurs 25 ans en arrière. 50 Cent joue les invités surprises. Mary J Blige donne de la voix. Kendrick Lamar et ses danseurs mettent le feu, puis Eminem fait tout exploser avec Lose Yourself.


Dans un geste symbolique fort, le seul rappeur blanc présent sur scène met un genou à terre, six ans après le mouvement de révolte qui a coûté sa carrière à Colin Kaepernick.


Selon le New York Times, la NFL était bien au courant et avait donné son feu vert. Il aura fallu plus d’un demi-siècle à la ligue américaine pour offrir une place centrale au hip-hop à la mi-temps d’un Super Bowl. Il était temps, et le chantier reste immense, alors que la NFL est poursuivie pour pratiques discriminatoires par Brian Flores, l’ex-coach afro-américain de Miami.

Premier titre depuis 1984

Au retour des vestiaires, les Bengals sortent les griffes et prennent l’avantage sur une passe magistrale de Burrow, pour un touchdown de près de 70 mètres. Les Rams, qui ont peut-être trop dansé à la mi-temps, se retrouvent dos au mur. Sur une action décisive en « 4th down » (4e et dernière tentative), leur receveur star, Cooper Kupp change de rôle, court avec le ballon et maintient Los Angeles en vie.

Quelques minutes plus tard, bien aidé par les arbitres qui sifflent une pénalité contestée, il délivre la moitié du stade avec sa deuxième réception dans l’en-but. Les Rams repassent devant, 23-20, avec 89 secondes à jouer. Les Bengals s’activent avec l’énergie du désespoir. Mais mal protégé par sa ligne offensive, leur quarterback Joe Burrow se fait une nouvelle fois découper par Aaron « Terminator » Donald, féroce defensive tackle des Rams. Il pleut des confettis sur la pelouse. Los Angeles remporte son premier titre depuis 1984, dans une ambiance plus polie qu'excitée. On est loin de la folie d'un match 7 au Staples Center avec les Lakers de   Kobe Bryant


A la sortie du stade, le bacon crépite sur les plaques de cuisson des vendeurs de street dogs. La fin de California love résonne sur un haut-parleur lointain : ♫ In the city of L.A/In the city, the city of Compton/We keep it rockin'. ♫ 2Pac aurait décidément kiffé cette soirée.