Super Bowl : Eminem, Mary J. Blige, Snoop Dogg, Kendrick Lamar et Dr. Dre livrent un show très politique à la mi-temps

ENGAGES Les artistes n'ont apparemment pas écouté les recommandations de la NFL, qui voulait que le concert de la mi-temps ne divise pas les spectateurs

20 Minutes avec agences
Les artistes Eminem, Kendrick Lamar, Dr Dre, Mary J Blige, 50 Cent et Snoop Dogg
Les artistes Eminem, Kendrick Lamar, Dr Dre, Mary J Blige, 50 Cent et Snoop Dogg — Los Angeles Times/Polaris/Starface

Il y a rarement eu autant de stars mythiques en même temps sur la scène sur Super Bowl. On savait déjà  qu'Eminem,  Dr. Dre, Snoop Dogg et Mary J. Blige devaient se produire lors de l’événement sportif de l’année aux Etats-Unis, mais les deux surprises de dernière minute ont rendu le show encore plus spectaculaire : 50 Cent et Anderson. Paak ont en effet rejoint les légendes du rap pendant la  performance.

Alors que la NFL avait, selon plusieurs sources, demandé aux artistes de ne pas faire de vagues, Eminem est allé très loin en reprenant le geste qui a provoqué le départ de la NFL de Colin Kaepernick. Il s’est en effet agenouillé pendant son interprétation de Lose Yourself. Un geste fort qui a provoqué, apparemment, autant de huées que d’applaudissements dans le public.

A genoux

Le « Pepsi Half-Time Show » a également livré des performances électriques de Mary J. Blige, Kendrick Lamar (avec son Alright très politique), tandis que 50 Cent est venu sur scène avec son inénarrable In Da Club.

Mais c’est sans aucun doute les interprétations brillantes de Dr. Dre et Snoop Dogg sur The Next Episode et California Love (hommage à leur ami Tupac Shakur) qui resteront dans les annales du Super Bowl. Le duo est également revenu pour conclure la soirée avec un Still D.R.E. explosif, lors duquel, encore une fois, le patriarche du rap californien a défié les recommandations de la NFL en n’omettant pas de balancer cette punchline polémique : « Still not loving police » (« J’aime toujours pas la police »).

Un spectacle déjà qualifié de « légendaire » un peu partout sur les réseaux sociaux. Et dénoncé, évidemment, par l’extrême-droite américaine de manière unanime. « La NFL est maintenant la ligue de l’anarchie sexuelle. Ce spectacle de la mi-temps ne devrait pas être autorisé à la télévision », a par exemple posté sur Twitter le présentateur radio conservateur Charlie Kirk.