Losc-PSG : « Timing parfait » pour Lille pour avoir un match à guichets fermés

FOOTBALL Le Losc reçoit le PSG ce dimanche (20h45) dans un stade à guichets fermés, une première depuis six ans

François Launay
— 
Renato Sanches et le Losc défient le PSG dimanche
Renato Sanches et le Losc défient le PSG dimanche — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Depuis le 2 février, la jauge de 5.000 spectateurs dans les stades a été levée.
  • De quoi réjouir le Losc qui reçoit dimanche le PSG pour l’une de ses plus grosses recettes de l’année.

« Le timing est parfait. » Même anonymement, on reconnaît au Losc que la programmation de Lille-  PSG ne pouvait pas tomber mieux dans le calendrier. Après des semaines passées dans des stades de 5.000 places maximum pour raisons sanitaires, la levée des restrictions le 2 février est tombée à point nommé pour le club nordiste.

Car dimanche, le stade Pierre-Mauroy fera le plein pour la première fois depuis deux ans face aux stars de la capitale. Hasard du calendrier, ce Losc-PSG marque la fin des jauges pour le plus grand bonheur des acteurs du jeu à l’image de Jocelyn Gourvennec. « C’est top. Une jauge de 5.000 places dans un stade, ce n’est pas la même chose à Brest avec un stade Francis-Le-Blé à 15.000 places qu’à Pierre-Mauroy ou au Vélodrome où ça fait un peu vide. Avoir de nouveau des stades pleins, c’est dynamisant, plus festif. C’est vraiment mieux pour tout le monde. Pour les supporters, c’est plus sympa d’être dans le stade que devant la télé. On va avoir un stade plein et c’est une très bonne nouvelle », se réjouit l’entraîneur lillois.

Bon, sans jouer non plus les rabat-joie, il y aura quand même encore quelques restrictions dimanche soir. Jusqu’au 15 février, les buvettes à l’intérieur du stade seront fermées, les VIP n’auront pas le droit d’être debout dans les salons et le parcage visiteur ne pourra être rempli qu’à moitié. Pas de quoi en faire une maladie financièrement à l’inverse du voisin lensois qui a perdu beaucoup d’argent en janvier avec quatre matchs à domicile (Lille, Rennes, Marseille, Monaco) devant une jauge à 5.000 spectateurs.

Le Losc s'en sort bien économiquement, pas Lens

« Un match, c’est un million d’euros de chiffre d’affaires et la marge nette, c’est entre 500.000 et 650.000 euros par match. Quand on peut avoir 5.000 spectateurs, ça coûte 500.000 euros nets par match » expliquait ainsi Arnaud Pouille, le directeur général du RC Lens, le 31 janvier dans La Voix du Nord.

Rien de tout cela à Lille où la seule rencontre impactée aura été celle contre Lorient le 19 janvier qui n’aurait de toute façon pas déplacé les foules. Les plus grosses recettes de l’année avec la réception du PSG et (sans doute) contre Chelsea en 8e de finale de Ligue des champions le 15 mars, le Losc s’en sort très bien économiquement.

«Une très belle affiche pour un retour à domicile»

Mais aussi sportivement du côté de joueurs impatients de défier le PSG dans une belle ambiance. « Le football, c’est un partage d’autant plus avec les supporters. Ce sont des gens passionnés qui vont nous pousser. C’est une très belle affiche pour un retour à domicile. Tous les ingrédients sont réunis pour avoir une belle soirée », annonce Benjamin André, le milieu de terrain du lillois.

Car au-delà des histoires de gros sous, c’est aussi un choc entre le champion de France titre et son dauphin l’an passé, entre les deux équipes françaises qualifiées en 8e de finale de la Ligue es champions. Bref du très lourd pour fêter le retour aux jours heureux dans les stades.