Loi sur le sport : Les sénateurs votent de nouveau pour interdire le voile lors des compétitions sportives

SENAT L'amendement LR a été adopté de justesse, par 160 voix pour et 143 contre

A.L.G. avec AFP
— 
Le Sénat s'est prononcé de nouveau contre le port du voile lors des compétitions sportives.
Le Sénat s'est prononcé de nouveau contre le port du voile lors des compétitions sportives. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Les sénateurs ont de nouveau voté, mardi, un amendement interdisant le port du voile lors d’une compétition sportive, comme ils l’avaient déjà fait lors du projet de loi controversé sur le séparatisme, ce qui avait ensuite été gommé par l’Assemblée.

Ce vote est intervenu dans le cadre de l’examen de la proposition de loi sur le sport examinée mardi et mercredi au Sénat. Elle comprend des mesures sur la gouvernance des fédérations et sur la possibilité voulue par le foot français de créer une société commerciale pour gérer ses droits télé.

Maracineanu contre cet amendement

L’amendement LR a été adopté par 160 voix pour et 143 contre. Il interdit « le port de signes religieux ostensibles » lors « d’événements sportifs et compétitions sportives organisés par les fédérations sportives et les associations affiliées ». Les sénateurs LR ont déposé en décembre une proposition de loi sur le sujet.

La ministre chargée des Sports, Roxana Maracinenau, a donné un avis défavorable à cet amendement et mis en avant le contrat d’engagement républicain, issu de la loi séparatisme précisément, que doivent désormais signer les fédérations et associations.



Le gouvernement a par ailleurs échoué devant le Sénat de droite à rétablir la mesure de parité intégrale dans les fédérations sportives, votée à l’Assemblée. Le sénateur Olivier Paccaud (rattaché LR) s’est ému que la mesure conduise à « sacrifier des bonnes volontés, messieurs au revoir ! »

L’ancien ministre PS des Sports, Patrick Kanner, lui a immédiatement rétorqué : « J’ai envie de pleurer quand je vous entends », venant au secours de la parité telle que l’envisage le gouvernement et le groupe PS qui avait aussi déposé un amendement, rejeté lui aussi. « Le monde du sport est un système ancien, assez conservateur, c’est une question de démocratie, de renouvellement », a pour sa part plaidé Roxana Maracineanu.